AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une rencontre pas prévue (pV Olena)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Andrew Bendis

avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 02/05/2016 ☆ MESSAGES : 36

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Une rencontre pas prévue (pV Olena)   Dim 8 Mai - 11:58

La nuit avait lever son rideau depuis quelques temps maintenant. C'était la première nuit ou Andy s'endormait sans avoir besoin d'aide de médicament. Fallait dire que l'épuisement était bien au rendez vous. Entre la police qui essayait d'avoir des informations sur ce qui s'était passer et le fait qu'Andrew refuse d'avaler quoi que se soit, c'était pas vraiment le meilleur moyen pour lui d'aller mieux. Heureusement, son ours en peluche cachait bien des choses. Comme des bonbons dans son ventre. Andy et son frère en cachait tout le temps dedans, pour ne pas se faire prendre par leur mère, et c'était rester. Le petit garçon dormait profondément, toujours accrocher à ce gros ours, qui à force d'être machouiller, n'avait plus vraiment une tête d'ours.

Sur les coups de trois heures du matin, il eut un léger bruit dans le couloir, un bruit de rien du tout, mais ce fut le bruit de trop. Plongé dans un rêve sans visage, il finit par entendre une voix. Cette voix le terrifia. C'était le Croque Mitène. Il le menaçait, il l'appelait. Il venait le chercher. Il se réveilla d'un bon. Il avait hurler, mais le temps qu'on vienne le voir, et se sentant en danger, le petit bout sauta du lit, arrachant les fils qu'on lui avait coller au bras pour tenter de le nourrir. Il se mit à courir tenant son ours contre lui. Il portait un beau pyjama d'hopital, tout bleu avec des étoiles jaune dessus. Pied nu, il glissait à chaque tournant. Vu l'heure, il n'y avait personne dans les couloirs. Il entendit des voix. Mais dans sa tête, toutes les voix n'en était qu'une seule : celle de cet homme qui lui avait tout prit. Les larmes roulant sur son visage, il ouvrit une porte, se mettant sur la pointe des pieds, et se cacha dans la pièce. Seuls les rayons de lumières des lampes du couloirs, éclairait la pièce. Il s'asseya contre le mur sous un bureau et ne bougea plus. Il murmura à son ours :

"Protège moi, s'il te plait, protège moi....Je veux pas qu'il me trouve. J'ai peur Nounours..."

Il le serrait contre son coeur, comme si cette peluche faite de laine et de coton pouvait prendre vie et le protéger d'un homme. D'ailleurs dans sa tête, son ours était capable de faire des miracle. Il pouvait le nourrir en lui donnant des bonbons, il le calinait et l'aidait à ne pas avoir peur, il le défendait en cas de gros soucie et il l'aidait à réviser ses devoirs. C'était un super ours...du moins dans l'esprit de ce petit garçon. Soudain, la porte s'ouvrit. Alors que toutes les personnes du service de pédiatrie c'était lancer à sa recherche, il vit une femme entré. Enfin il n'était pas totalement sur que ce soit une femme. Il pencha la tête de sous le bureau afin de voir qui elle était...

_________________
Olena Jankowski
ADMIN ∞ lost and insecure
avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 29/04/2016 ☆ MESSAGES : 129 ☆ IDENTITES : mattou le chaton, willou le ouistiti, connie l'ourse
☆ DISPO RP : SI PATIENT, OK
☆ AGE : 37
☆ METIER : neurochirurgienne (titulaire)
☆ ON YOUR MIND :
(twin sestras)

mika » andrew » agathe & andrew



Voir le profil de l'utilisateur http://brokenbodies.forumactif.fr/t178-olena-jankowski-healer

MessageSujet: Re: Une rencontre pas prévue (pV Olena)   Sam 21 Mai - 18:24

Le son de l’électrocardiogramme rythmait son travail et s’il s’agissait d’un son agaçant, Olena parvenait à l’oublier par moment. Pince en main, tête baissée et les yeux relevés par moment vers l’écran qui lui permettait de s’orienter, elle traquait avec ardeur cette tumeur cérébrale, ce neurinome afin de l’extraire et de permettre à sa patiente de reprendre du poil de la bête comme il se devait. Elle coupait sa respiration lorsque ses pinces se refermèrent sur la maladie et ordonna qu’on lui passe le scalpel. Ce n’était pas une opération compliquée – elle avait déjà connu pire en termes d’opération délicate à mener – mais elle détestait la sensation qui venait lui serrer les entrailles. Celle qu’elle avait peut-être sous-estimée la taille de la tumeur, celle qu’elle était peut-être capable d’échouer. Elle déglutit et, une fois la tumeur retirée, s’autorisa à respirer à nouveau. « Bien, nous allons maintenant pouvoir la recoudre. » La partie la plus aisée, qui ne lui prit qu’une poignée de minutes tant elle était habituée à cette étape. L’opération était donc terminée ; mais elle ne serait un succès qu’au réveil de la patiente, lorsqu’elle pourrait constater des dégâts éventuels. Celle qui l’avait assistée tout du long lui tapota l’épaule et Olena lui lança un regard reconnaissant. « Rien n’est encore joué, on verra Madame Stevens en salle de réveil, et là, alors, on pourra se réjouir si tout va bien. » Un faible sourire et, ôtant les gants et son masque qu’elle balança à la poubelle la plus proche, elle quitta la salle d’opération. L’eau qui glissait sur ses mains lui donnaient l’impression d’avoir étouffé par la chaleur de la salle d’opération mais elle avait conscience que ce n’était que l’angoisse d’une nouvelle opération qui l’avait fait se sentir ainsi. Elle se frotta les yeux, étouffant un bâillement alors qu’une infirmière la prévenait que la patiente avait été menée en salle de réveil. Elle opina, regarda l’horloge murale. « J’ai encore deux bonnes heures devant moi avant que Madame Stevens ne rejoigne le monde des réveillés, je vais aller me reposer un moment dans la salle de repos. Bippez-moi s’il y a quoique ce soit. » L’infirmière acquiesça, promettant de la prévenir si elle était demandée avant de tourner les talons. Olena emprunta la porte de l’autre côté de la pièce et, débarrassée de sa blouse d’opération, elle traversa le couloir pour rejoindre la salle de repos. Il y avait toujours la pression qui redescendait après une opération – une pression qui laissait les chirurgiens dans une sorte d’état second, entre sommeil et réveil et qui demandait une phase de repos.

Lorsqu’elle poussa la porte, le silence de la pièce la frappa de plein fouet. Elle retint sa respiration. Derrière elle, il y avait le mouvement, la foule, les mots échangés, les cris de douleur de certains patients, les pleurs des familles. Devant elle, le noir et le silence. A moitié paralysée, elle tâta d’une main tremblante le mur à la recherche de l’interrupteur. Il lui fallait de la lumière. De la lumière, et vite. Enfin, l’ampoule s’alluma et elle sentit son cœur se relâcher. Il ne lui restait plus qu’à vaincre le silence, à présent. Elle pénétra dans la pièce en esquissant un pas en avant. La porte se refermait doucement derrière elle, la coupant peu à peu du bruit extérieur. Ses entrailles semblèrent prises en étau tandis que son cœur se serrait à nouveau, qu’elle sentait la tête lui tourner et une envie de vomir la prendre. A grande foulée, elle se précipita vers la fenêtre qu’elle ouvrit brutalement, laissant ainsi le bruit de la rue envahir la pièce. Alors, elle s’autorisa à prendre une grande bouffe d’air et, tremblante, en sueur, elle posa la tête contre la fenêtre froide et ferma les yeux. Si tous les autres chirurgiens allaient pester contre la fraîcheur de la pièce quand ils viendraient se reposer, Olena ne pouvait que lui en être reconnaissante – il allait cailler, oui. Mais au moins, il y avait du bruit. Elle resta quelques secondes ainsi, le front contre la vitre glacée de la nuit, avant de s’ébrouer. Machinalement, elle alla enclencher la cafetière et s’apprêtait à se laisser tomber sur le canapé lorsque ses yeux se posèrent sur un visage à moitié visible sous le bureau. Un enfant avec une peluche. Elle s’enfonçait dans le canapé, laissa sa tête retomber en arrière. Un enfant avec une peluche. Dans le service de chirurgie.

Wow.
Problème.

Comme brûlée vive, elle se redressa, quittant le canapé pour se mettre debout et se frotter les yeux. Mais le gosse était toujours là, dans son coin, tenant sa peluche tout contre lui. Elle lança un regard autour d’elle, mais aucun de ses collègues n’avait décidé de surgir soudainement. Elle souffla, replaça une mèche de cheveux derrière son oreille et s’accroupit lentement. « Hey, bonjour toi. » Elle plissa les yeux pour tenter d’apercevoir s’il était venu accompagné, mais il semblait être seul. Seul et à l’opposé de là où il devrait se trouver. « Tu es venu tout seul jusqu’ici ? C’est très courageux. » Elle se mordit la lèvre ; est-ce qu’elle devait l’encourager à fuguer du service pédiatrique ? Elle n’en était pas certaine. Il n’était pas allé très loin – juste de l’autre côté de l’aile – et il avait l’air terrifié. Sans doute que quelque chose l’aura effrayé – ce qu’elle pouvait parfaitement comprendre. Elle n’aurait jamais eu son courage de venir se précipiter dans une salle aussi sombre. La terreur lui aurait bloqué les jambes, puis le souffle. Elle secoua la tête pour effacer les bribes de souvenir qui lui revenaient comme une déflagration. « Tu veux du jus de fruit ? On en a dans notre frigo. » Se tournant à moitié, elle pointa le frigo blanc du doigt et, comme pour montrer sa bonne volonté et affirmer ses propos, elle alla jusque celui-ci qu’elle ouvrit et en tira une petite brique de jus de fraise qu’elle lui montra avant de retourner s’asseoir sur le sol, en face de lui mais à bonne distance. Se penchant en avant, elle déposa la brique entre leurs deux corps pliés et préféra ne pas bouger davantage.

_________________

better run.
Andrew Bendis

avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 02/05/2016 ☆ MESSAGES : 36

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Une rencontre pas prévue (pV Olena)   Mar 24 Mai - 11:29

Le petit garçon avait juste pencher la tête pour voir qui était entrer. L'air froid de la fenêtre ouverte le glaça et il serra son ours encore plus fort contre lui. Il plissa les yeux en la voyant faire. C'était obligé qu'elle l'ait vu, à moins qu'elle soit aveugle, songea Andy, se serait une super médecin aveugle ? Il secoua la tête négativement comme pour répondre à sa propre interrogation. Le petit homme sentait son corps trembloter. Il n'aimait vraiment pas le froid, ça il en était certain maintenant. Puis la femme s'aperçut de sa présence. Quand elle effectua un bon pour se lever, il se recroquevilla contre le mur, cachant son visage derrière son ours, comme si c'était lui qui allait pouvoir le sauver. Ce petit était naïf, mais il était jeune aussi. Elle le salua. Il redressa juste ses yeux noisettes vers elle et la regarda fixement. Il hocha nerveusement la tête quand elle lui dit qu'il était courageux. Tu parles, il était inconscient oui ! Il semblait terrorisé, et fallait le comprendre, dans son cauchemar, il avait entendue son beau père et il savait qu'il venait pour lui, pour le tuer. Le gamin avait eut la peur de sa vie, enfin encore une fois il avait eut la peur de sa vie. Quand elle lui proposa de boire un truc, il ne bougea pas. La voyant se lever, il se décala du mur pour voir ce qu'elle faisait. Elle sortie un jus et revint vers lui, il se précipita pour se remettre dans son coin comme si il n'avait pas bouger. Puis elle le posa devant lui, à mi chemin entre lui et elle. Andy grimaça, il avait un peu soif, mais il avait surtout froid. Il attendit quelques instant avant de se décider à bouger. Il tendit le bras, aillant poser son ours prêt de lui. Mais il était encore trop loin. Il se rapprocha alors un peu plus et attrapa le jus. Il porta directement la boisson à sa bouche et se mit à la boire. Il porta ensuite sa main à sa tête en grimaçant, c'était très froid, il n'aurait pas dut tout boire. Il se souvint qu'avec son frère ils faisaient souvent ça et que quand ça arrivait, son frère disait souvent qu'ils finiraient par perdre leur cerveau à force. Andy se mit à rire à ce souvenir, cela lui fit passer son mal de crâne, mais en revanche il tremblotait toujours. Il fixa la fenêtre ensuite et regarda de nouveau la femme. Il espérait qu'elle comprendrait qu'il souhaitait qu'elle ferme la fenêtre.

[hs : désolé j'espère que ça te plaira c'est pas vraiment le top niveau réponse :/ ]

_________________
Olena Jankowski
ADMIN ∞ lost and insecure
avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 29/04/2016 ☆ MESSAGES : 129 ☆ IDENTITES : mattou le chaton, willou le ouistiti, connie l'ourse
☆ DISPO RP : SI PATIENT, OK
☆ AGE : 37
☆ METIER : neurochirurgienne (titulaire)
☆ ON YOUR MIND :
(twin sestras)

mika » andrew » agathe & andrew



Voir le profil de l'utilisateur http://brokenbodies.forumactif.fr/t178-olena-jankowski-healer

MessageSujet: Re: Une rencontre pas prévue (pV Olena)   Dim 26 Juin - 21:30

Le jeune garçon, ce gosse sans doute perdu ou égaré, ressemblait à un petit animal curieux. Comme un petit chien de prairie effrayé et intrigué à la fois. Olena pouvait le voir la suivre des yeux tandis qu’elle se déplaçait dans la pièce et elle prenait sur elle pour ne pas fuir en courant. Il ne s’agissait que d’un enfant, pas d’un monstre. Déposant la brique de jus de fruit à mi-chemin, elle s’installa en face de lui, patiente. Son attention s’était focalisée sur le petit bonhomme, bercée par les bruits de l’extérieur. Elle eut un sourire attendrit qu’il ramenât la boisson contre lui pour la boire avant de porter une main à sa tête. Il avait dû boire trop vite alors que le jus était encore trop froid. Une sensation qu’elle connaissait bien. Elle n’ajouta pas un mot, pas même lorsqu’il rit. Quelque part, il la troublait. Il ne parlait pas. Pas un seul mot, pas un seul son – hormis ce rire soudain et inexpliqué – n’avait quitté sa bouche. Olena ne voulait pas le forcer à parler s’il n’en éprouvait pas l’envie. Elle savait qu’il était des secrets qui ne pouvaient être révélé au grand jour. Des secrets qu’il valait mieux que le monde ignore. Elle l’observa de son regard devenu tendre et suivit la direction des yeux du jeune garçon. Ses prunelles noisette se posèrent sur la fenêtre ouverte et elle fronça les sourcils, la bouche entrouverte. Elle n’était pas certaine de comprendre. Etait-ce le bruit qui le dérangeait ? Ou peut-être était-ce le froid. Quoique ce fut, il semblait évident qu’il n’appréciait guère cette fenêtre ouverte. Olena sentit sa gorge se serrer. « La fenêtre ouverte te dérange ? » Elle se redressa légèrement. Ses mains tremblaient légèrement. Presque de façon imperceptible. L’idée seule de se couper du monde, de se fermer aux bruits lui était insupportable. Elle inspira profondément, se leva. « Je vais aller la fermer, si tu veux. » Mais si ce n’était que le froid qui le rendait, lui, tout tremblait, ne pouvait-elle pas lui dégoter un plaid, une couverture, une serviette, n’importe quoi, plutôt qu’avoir à affronter sa propre peur ? Ses yeux fouillèrent la pièce des yeux sans rien trouver de convaincant. Bon. Tout ne serait pas totalement silencieux. Il y aurait encore la cafetière.

D’un pas hésitant, presque titubant, elle se dirigea vers la fenêtre. Ses doigts se refermèrent autour du battant mais elle ne parvint pas à terminer son geste. Elle s’était figée. S’imprégner du bruit. Le conserver, au fond d’elle pour lutter contre sa phobie. Mais rien n’y faisait. Elle ne pouvait se résoudre à refermer la fenêtre. Les larmes lui montaient aux yeux. Se contrôler. Garder le contrôle. Se maîtriser. Elle se retourna à moitié, prenant soin de ravaler les larmes qui étaient là, prêtes à couler. « Est-ce… Est-ce que ça te dérange si je laisse la fenêtre ouverte, juste un tout petit peu ? Si tu as froid, j’irai te chercher une couverture pour que tu puisses t’enrouler dedans si tu le souhaites, d’accord ? » Tout, mais pas le silence. C’était au-delà de ses forces. Elle trouva le courage d’abaisser la fenêtre jusqu’à laisser un unique centimètre créer l’espace dont elle avait besoin pour laisser la vie rejoindre la pièce. C’était suffisant pour couper les vents froids ; suffisant, aussi, pour qu’elle puisse entendre les klaxons à répétition et les moteurs des voitures. De quoi ça la rassurer, l’aider à respirer. Elle souffla avant de réussir à se décoller de la fenêtre pour retourner auprès de l’enfant. Elle ôta sa blouse blanche qu’elle tendit au petit bonhomme pour qu’il s’en serve comme couverture. Déjà ça dans un premier temps et si vraiment, il avait trop froid, elle irait dans les chambres attenantes pour voler une couverture. Ou bien elle demanderait à une infirmière de le faire. L’idée lui vint alors de sortir son bipper. Elle tapa quelques mots qu’elle envoya à l’une de ses collègues. Elle n’aurait pas besoin de quitter le garçon des yeux, la couverture viendrait à eux. « J’ai demandé à ce qu’on t’apporte une couverture, » précisa-t-elle sans raison. Ou peut-être pour qu’il ne soit pas surpris si quelqu’un venait à frapper à la porte, comme elle l’avait conseillé. Ce gamin avait déjà l’air terrorisé, nul besoin d’en rajouter une couche.

_________________

better run.
Andrew Bendis

avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 02/05/2016 ☆ MESSAGES : 36

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Une rencontre pas prévue (pV Olena)   Mar 9 Aoû - 12:34

Andy avait dut mal à comprendre cette jeune femme, elle semblait avoir autant peur que lui, mais pas pour les mêmes raisons.

*Est-ce que la fenêtre va la mordre ? Comme dans les dessins animés d'halloween, si c'est ça, d'accord pour pas qu'elle la touche.*

Pensa-t-il en l'observant. Elle finit cependant par la repousser un peu. Andy plissa les yeux :

*Bah non elle mord pas. Alors pourquoi elle a peur ? Un méchant va arriver par là ? Il va venir par là ?*

La peur panique se lisait littéralement sur le visage du garçonnet. Il se replia encore plus sur lui même allant se coller contre le mur. Il tremblait toujours de froid mais aussi de peur. La jeune femme avait finit par lui tendre une blouse pour qu'il se réchauffe.

*Bon allez c'est juste une blouse. Comme celle de maman. Celle qu'elle mettait pour jouer à la peinture avec nous.*

Après quelques petites grimaces de réflexion il se pencha pour l'attraper. Ce n'était pas simple de la mettre sans se cogner. Il y serait bien mieux arriver si il avait accepter de sortir de sous la table. Le petit bonhomme la regarda faire. Elle demanda une couverture. Mais du coup des gens seront qu'il est ici. Andy entendit la porte s'ouvrir. Une jeune femme tendit la couverture à l'autre femme. Elle lui glissa en tendant la couverture :

"Tu sais, c'est pas le moment de dormir, le petit qui refuse de parler et de manger, il a disparut, on ne sait pas où il est, tout le monde le recherche. Je ne sais pas du tout quoi faire. On a prévenue la sécurité. Si tu le vois préviens nous s'il te plait."

Puis lui lança un sourire, comme quoi elle pensait avoir comprit, elle sortie de la pièce. Curieux, Andy pencha la tête pour regarder la porte. Il reporta son regard vers la femme. Il prit son ours et sortie de dessous la table. Une première approche ? Certainement. Il pouvait avoir confiance, elle ne l'avait pas trahit. Il la regarda et d'un murmure presque inaudible, d'une voix totalement dérailler il fit :

"Andy."

_________________
Olena Jankowski
ADMIN ∞ lost and insecure
avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 29/04/2016 ☆ MESSAGES : 129 ☆ IDENTITES : mattou le chaton, willou le ouistiti, connie l'ourse
☆ DISPO RP : SI PATIENT, OK
☆ AGE : 37
☆ METIER : neurochirurgienne (titulaire)
☆ ON YOUR MIND :
(twin sestras)

mika » andrew » agathe & andrew



Voir le profil de l'utilisateur http://brokenbodies.forumactif.fr/t178-olena-jankowski-healer

MessageSujet: Re: Une rencontre pas prévue (pV Olena)   Dim 6 Nov - 19:20

Maintenant qu’elle avait réussi à aller au-delà de l’une de ses phobies, même seulement à moitié, Olena se sentait déjà un peu plus rassérénée. Comme fière d’avoir réussi à accomplir ce geste qui, sans la présence de ce gosse, aurait été impensable pour elle. Et même si elle ne pouvait se vanter de s’être complètement coupé du moindre bruit, c’était déjà une avancée considérable, pour elle. Un pas vers l’avant, vers le futur. Mais ce n’était pas pour autant qu’elle laissa la pression retomber et si elle avait amoindri le froid qui s’était logé dans la salle de repos, elle savait que ce n’était pas pour autant que le jeune enfant allait se réchauffer. Elle l’observa enfiler, tant bien que mal, la blouse qu’elle venait de lui tendre et qui portait toujours son badge. Accroupie, les mains posées sur le sol froid pour conserver son maigre équilibre, Olena sentit le coin gauche de ses lèvres s’étirer. « Ça te va comme un gant. On dirait un vrai médecin comme ça. » Les enfants aimaient tous se déguiser, non ? Pourquoi est-ce que celui-ci serait-il l’exception à la règle ? Elle espérait pouvoir gagner toujours davantage de sa confiance par ces petites remarques et compliments qu’elle glissait lorsque l’occasion se présentant sans, pour autant, être jamais certaine que c’était la bonne chose à faire. Elle retint un petit sursaut quand des coups frappés contre la porte se firent entendre, brisant le silence qui était revenu s’installer. Dissimulant les tremblements qui s’emparaient, par instant de son corps, Olena entendit la porte s’ouvrir et se précipita sur celle-ci pour que l’infirmière ne fasse pas le moindre pas dans la salle. Si elle se doutait que ce gosse était ici en toute illégalité, elle ne voulait pas, pour autant, le brusquer en faisant venir trop de monde d’un coup. Elle avait le sentiment qu’elle était sur le point de nouer quelque chose avec lui, d’arriver à quelque chose avec ce petit bout d’humain terrifié et elle ne voulait, pour rien au monde, que cet instant ne soit brisé d’une quelconque façon. Et comme l’infirmière, justement, évoquait le jeune garçon, Olena sentit son visage perdre de ses couloirs. La gorge nouée, elle ne put qu’acquiescer et promit, d’une voix étranglée, que si elle l’apercevait, elle le ferait savoir. Et, sans attendre davantage, elle referma la porte, tenant la couverture serrée contre elle un instant.

Elle se tourna de moitié quand elle entendit des petits pas sur le sol. Il était là. Délogé de son abri vétuste. Debout, devant elle, son ourson tenu serré contre son corps, sa blouse traînant sur le sol par sa taille démesurée pour un aussi petit corps. Elle tendit l’oreille, cru avoir rêvé. Elle resta quelques secondes sans réagir, incertaine. Venait-il de parler ? Pour de vrai ? Son cœur s’affola dans sa poitrine et elle eut un premier petit rire nerveux, suivit d’un second, un peu plus long. Il lui semblait bien que le petit garçon venait de se présenter. Andy, donc. Un large sourire éclaira son visage. Un sincère sourire. « Bonjour Andy. Enchantée de te rencontrer. Moi, c’est Olena, mais tu peux m’appeler Lena si tu veux. » C’était comme récompense pour tous les efforts qu’elle avait dû fournir en l’espace de quelques minutes. Et elle était sous le choc, enchantée, comme sur un nuage paradisiaque. Tant et si bien qu’elle en vint presque à oublier la couverture qu’elle serrait toujours davantage sous l’émotion. Le tissu contre ses doigts la rappelant à l’ordre, elle désigna le sofa. « Tu veux t’assoir sur le canapé ? Comme ça, je pourrai te mettre la couverture dessus… Enfin, si tu veux. » Ne pas le brusquer maintenant que le contact était établi. Ne pas briser ce lien qui se construisait petit à petit et qu’elle pouvait sentir se tisser. Lui montrer qu’il avait le choix, qu’il avait toujours le choix. Et, comme pour confirmer ses propos, elle s’avança d’un pas en direction du canapé sur lequel elle s’était installée avant que tout ne débute et y déposa la couverture avant de s’éloigner à nouveau. Elle se serait bien assise, elle aussi. Elle se serait bien blottie sous la couette, elle aussi, mais elle ne voulait pas le faire fuir. Le faire se rétracter. Elle prendrait son mal en patience. « Comment tu es arrivé ici, Andy ? » Continuer à faire la conversation. Essayer de le faire parler à nouveau pour entendre sa petite voix brisée. Cette petite voix emplie d’émotion qui avait fait chavirer son cœur.

_________________

better run.
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une rencontre pas prévue (pV Olena)   

 
Une rencontre pas prévue (pV Olena)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MISE A JOUR] Wishlist de juallubreyer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Broken Bodies :: MASTER & JOHNSON HOSPITAL :: Fifth floor-
Sauter vers: