AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Shiloh | I can't deal with this right now. I just want to go to sleep and wake up next year.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shiloh Murray
MEMBRE DU MOIS ∞ félicitations !
avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 29/06/2016 ☆ MESSAGES : 86 ☆ DISPO RP : SI PATIENT, OK
☆ AGE : 25
☆ METIER : Pas de chance pour moi, je ne suis pas la vétérinaire dont je rêvais en étant gamine. Mais.. J'ai, à mes yeux, le plus beau métier. Cavalière de reining à mon compte depuis quelques années. Avec mes chevaux et ceux de clients, bien entendu. Une belle écurie qui se garnit de très bons chevaux à mesure que le temps passe.
☆ LA-BAS : Dans cette foutue chambre qui n'est pas LA mienne .. Et dans laquelle je suis bien partie pour rester un bon moment. J'en suis ravie, vous n'imaginez même pas.
☆ ON YOUR MIND :

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Shiloh | I can't deal with this right now. I just want to go to sleep and wake up next year.   Mer 29 Juin - 23:16


✩ ✩ ✩ ✩ ✩
I want to sleep until I feel better.


nom ∞ A défaut de pouvoir choisir une famille au même titre que ses amis, j'ai hérité de ce Murray comme nom de famille. Enfin, hériter est un grand mot. Vous comprendrez en lisant ma petite histoire. prénom(s) ∞ Shiloh. Tout simplement. Et n'allez pas me faire la vanne bien trop connue du "mais c'est le même prénom que Jolie-Pitt !" J'étais là avant. Désolée de vous casser votre p'tit délire. Niveau choix du prénom, j'avoue que je n'ai pas à me plaindre. Ça sonne plutôt bien. C'est court et original, sans pour autant partir dans l'imaginaire farfelu de certains parents de nos jours. Bref. Merci papa, merci maman. âge ∞ J'ai 24 ans. date et lieu de naissance ∞ C'est le 22 mars 1992 que je suis née, à Atlanta. Ouais, cette grande ville dans l'Etat de Géorgie. Celle-là même. nationalité et origine ∞ Niveau origine, j'ai de la famille au Canada du côté de ma mère. Cependant, je n'ai pas la double nationalité, étant juste une p'tite Américaine. profession ∞ Même si je n'ai jamais été vraiment douée sur le plan scolaire (plus par manque de motivation et d'envie qu'autre chose, pour le plus grand désespoir de mes parents et professeurs), j'ai tout de même une formation dans le management. Disons qu'elle va me permettre de toucher à mon rêve, à plus ou moins long terme, qui est d'ouvrir une structure équestre pouvant accueillir des jeunes en situation d'handicap, quel qu'il soit. J'ai aussi mes diplômes équestres pour pouvoir assurer, essentiels pour ce genre de projet. Du coup, pour le moment, j'en profite pour donner quelques cours dans mes petites écuries lorsque je ne suis pas en concours. Et puis, j’entraîne aussi des chevaux en reining après avoir passé une année chez un entraîneur au Texas. statut civil ∞ Je n'ai personne dans ma vie depuis une dizaine de mois. Il faut dire que je ne cherche pas spécialement à sortir du clan des célibataires, ne faisant pas de gros efforts pour tomber sur l'homme de ma vie. Le seul que je voulais pour partager ma vie est décédé, il y a quelques années de ça. orientation sexuelle ∞ Même si je respecte tous les penchants, je suis hétéro. Désolée les filles. traits de caractère ∞ Alors, que dire à mon sujet.. Même si j'ai été assez feignante à l'école, me reposant sur mes acquis sans chercher davantage, je reste bien ambitieuse. Disons que j'ai besoin de savoir où je vais et que le simple fait de me fixer des buts à atteindre m'aide énormément. Lorsque je suis intéressée par quelque chose, je suis très attentive et je sais être réellement attentionnée avec les personnes que j'apprécie. Avec tout ce qui m'arrive, j'ai un petit côté blasée de la vie dans le sens où il m'arrive toujours des trucs pas super cool. Même si mes parents ont des moyens financiers assez conséquents, je n'ai jamais été capricieuse, bien au contraire. Il m'arrive d'être très -trop- curieuse et pourtant, promis, je tente de me contrôler ! Même si j'ai souvent la grande gueule et directe, je n'en reste pas moins quelqu'un de sensible. Enormément, d'ailleurs. Je ne suis de loin pas quelqu'un d'extraverti, c'est même tout le contraire. Fidèle, oh que oui. Que ce soit en amitié ou même autrement. Il m'arrive d'être parfois assez fougueuse, dans le sens où je réagis assez sur le coup, bien avant de réfléchir à mes paroles. Il n'y a pas plus gourmande que moi. Assez impatiente, j'aime bien quand les choses bougent et j'ai parfois du mal à rester en place. Un poil jalouse.. Comme pas mal de nanas, non ? Sinon, je suis aussi bien joueuse voire même malicieuse par moment. Et puis, je suis aussi bien mature et j'ai toujours été assez indépendante. Ce serait mentir que de dire que je ne suis pas rancunière. Mis à part tout ça, je suis aussi quelqu'un de simple, de très serviable et tellement rêveuse.. groupe ∞ WOUND. avatar ∞ Shailene Woodley. crédits ∞ Fae (vava).


Dernière de la famille, je dois bien reconnaitre que j'ai toujours été l’objet de toutes les attentions. Surveillée, chouchoutée et pouponnée comme pas possible, je n'avais tout simplement jamais le temps de m'ennuyer. Mes deux frères ont toujours été très importants pour moi. + Je ne sais pas pourquoi et mes amis ne savent pas comment je fais.. Mais, je suis constamment en retard ! Même en me préparant des heures à l’avance, je finis toujours par cavaler dans tous les sens. Bon après, je reste une femme. C'est sans doute ça, l'explication. + Si vous tenez à mourir dans d’atroces souffrances, n’hésitez pas à me présenter un morceau de viande de cheval. Mais attention, je vous ai prévenu.. D’ailleurs, je privilégie dès que possible une alimentation la plus végétarienne possible. +  Je n'ai jamais excellé à l'école. Disons que pour moi, les exercices qu'on faisait étaient tellement simples, tellement ennuyant.. Que je me suis ratée par la suite. Il n'était pas rare, de plus, que je me laisse allée à faire quelques petits dessins sur mes notes de cours aussi distraite que je l'étais. + Devenir actrice ? Heu.. Non, jamais. Je suis incapable de mentir. Du coup, le côté manipulatrice et tout ça, ce n'est vraiment pas pour moi. Bien trop franche et sans doute bien trop  + La plupart du temps, lorsque je suis angoissée, stressée ou que je réfléchis, je me sens presque obligée de jouer avec une mèche de mes longs cheveux. + Lorsque je pars de chez moi, j'en viens à me demander plusieurs fois si j'ai bien éteint toutes les lumières et surtout, bien fermer la porte ! + Le matin, s'il m'est possible de grappiller quelques minutes de sommeil de plus en retardant toujours davantage son réveil, ce n’est pas plus mal. D’ailleurs, ne cherchez pas, je ne suis pas du matin. Mais, vraiment pas. + Je ne dirai pas que je suis accroc à mon téléphone portable, mais disons que j'aime bien l'avoir sur moi. Juste au cas où. Par contre, mon lecteur de musique, c'est bien autre chose ! Il ne me quitte pas. + Depuis toute petite, je suis une mordue de chevaux si bien que je n’avais que ce sujet-là en tête. Je passais beaucoup de temps avec mon voisin, lorsque j'étais ado, à m'occuper des chevaux de mes parents. Joe est autiste. C'est grâce à lui que j'ai ce rêve d'ouvrir cette structure équestre. Il est évident que les équidés peuvent aider ces personnes dans leur quotidien. + Durant ma scolarité, j'étais, bien malgré moi, parmi les personnes dites populaires. Je n'ai toujours aucune idée de la véritable raison de tout cela. Si c'est en rapport avec la fortune de mes parents ou parce que j'avais un réel intérêt à leurs yeux. Mais ça, très sincèrement, je n'y prêtais même pas attention. + Autre chose à savoir à mon sujet.. Si vous souhaitez ne pas être victime d’une intoxication alimentaire, évitez de me demander un petit quelque chose à manger. C’est limite si je suis incapable de cuire des pâtes correctement, même en suivant recettes et indications.. + J'adore le rock (dans son sens large). Le vrai. Pas les daubes commerciales actuelles. + Si vous voulez me faire plaisir, et bien.. Je suis une grande fanatique de chocolat.. Blanc ! Ainsi que de thé. + La pluie, c'est quelque chose de plaisant pour moi. Il n'est pas rare de me voir, allongée sur mon lit, à écouter la pluie s'abattre à l'extérieur. + Ma couleur préférée ? Le vert. Couleur de la nature, de l'espoir aussi parait-il. + Il n'est pas rare de me voir confortablement installée, enroulée dans un plaid avec un livre en main. + Je ne suis pas particulièrement maniaque. Mais disons qu'en ayant pris mon indépendance aussi vite que possible, j'ai rapidement eu le sens des responsabilités. Et ça passe par un appart rangé. + Et oui, je suis partie très tôt de chez moi. J'ai même aligné les petits boulots pour payer mon loyer, ne tenant pas du tout à être dépendante de mes parents ou de qui que ce soit d'autre. + Même si je n'ai pas besoin de lunettes au quotidien, j'ai tout de même une paire sous la main. Une de repos. + Même si je ne suis pas une fan inconditionnelle des tattoos et autres piercings, j'ai un symbole dans la nuque, légèrement décentré à droite. Discret, mais présent. Il n'a pas été fait sur un coup de tête et je ne le regrette pas. Ce qu'il représente ? Quelque chose qui me parle. C'est là l'essentiel. + Pas très portée sur les bijoux, je suis tout de même bien accro aux bracelets brésiliens bien colorés et de toutes tailles et motifs. + Un rêve ? Voyager. Découvrir le monde, les recoins reculés et réellement vivants, loin des zones touristiques dénaturant le tout. + La danse et moi, ça fait deux. Je ne sais juste pas danser. Voilà pourquoi, lorsque je me permets quelques sorties entre amis, je reste bien souvent au bar. + Malgré le fait que je ne sois pas spécialement douée en dessins ou autre, j'arrive à faire des trucs de dingue sur mes ongles ! Et ouais, j'adore le nail art. + Certaines personnes s'amusent à dire de moi que je reste une éternelle gamine. Bien trop dans mon monde et accro aux Disney. Bon, je suis tout de même bien mature à côté de ça, hein. + Malheureusement pour moi, mon visage est très expressif. Du coup, ça en plus de mon incapacité à mentir.. Autant avouer de suite qu'on peut lire en moi comme dans un livre ouvert ! + Pas forcément optimiste dans l'âme, j'en suis plutôt à me demander qu'est-ce que j'ai bien pu faire pour mériter toute cette merde qui me tombe dessus. + Pas féminine de la tête aux pieds, j'essaie de faire des efforts pour m'habiller davantage comme la jeune femme que je suis devenue, sans oublier quelques touches de maquillage. Toujours léger par contre. + La mode ? Très peu pour moi. Je préfère largement dépenser mon argent pour le bien être de mes chevaux. Moi, je passe après. + D'ailleurs, niveau équitation, même si je sors de nombreuses années de pratique classique (avec un penchant pour le concours complet), j'ai changé de cap il y a quelques années de ça. J'ai passé une année entière auprès d'un entraîneur de reining au Texas. Et c'est bon, j'en suis devenue accro. + Ce n'est pas parce que j'ai changé de discipline que je me suis séparée de ma petite Valeska, ma belle et fidèle jument avec laquelle j'ai fait un nombre incroyable de concours. Une belle dame grise, qui prend de l'âge maintenant et qui profite d'un immense pré. Sans oublier Teddy, mon shetland noir qui a été mon premier compagnon saboté qui coule, lui aussi, une retraite amplement méritée. Pour l'accompagner et pour pouvoir me mettre au reining, j'ai pu acheter une magnifique et jeune jument quarter horse palomino. Son nom complet est si long, que je la surnomme simplement Baby, premier élément de son nom à rallonge et hérité de sa mère. Ma petite troupe serait incomplète si je ne parlais pas de Doc, mon poulain blue roan, lui aussi quarter horse et lui aussi au nom complètement fou. Je compte beaucoup sur lui pour parvenir, je l'espère, à me faire une petite place à un niveau plutôt élevé. + En dehors des chevaux, je suis également accompagnée par Douk, mon adorable jeune shetland (oui, un chien de cette race-là) + Les écuries que je loue seraient bien vides sans les autres chevaux que j'ai à l'entrainement. + Je ne suis pas trop télé. Du coup, ça va être plutôt difficile pour moi de trouver comment m'occuper lors de mon hospitalisation qui risque de s'éterniser bien plus longtemps que prévu. + Habitude sans doute étrange, mais lorsque je dois mettre un réveil, ce n'est jamais programmé sur 7:00 ou 7:15, mais plutôt 7:01 ou 7:14 voire 7:16. + Une preuve de plus que je suis une grande gamine : je collectionne les peluches. D'ailleurs, je risque d'en avoir un petit paquet dans ma super future chambre à l'hôpital. + N'étant pas réellement quelqu'un extravertie, j'ai du mal avec les personnes qui le sont. Disons qu'elles me gênent un peu. + Je préfère l'hiver à l'été. Simplement parce que j'adore la neige. Et disons que même si je suis assez frileuse, je préfère avoir froid et pouvoir empiller des couches de vêtements que d'avoir trop chaud et être dans l'impossibilité, s'il n'y a pas de piscine aux alentours, de me rafraîchir.   

pseudo ∞ Appelez-moi.. Gat . âge ∞ J'ai le double de la moitié de mon âge . une suggestion ∞ Nop, pas pour le moment ! une remarque ∞ Pas à peine les valises posées, allons besoin d'être parrainé ∞ Ça devrait le faire sans parrain/marraine . codes à remplir ∞ 
Code:
<b>Shailene Woodley</b> <span class="pris">★</span> <i>Shiloh Murray</i>
Code:
<b>nom du poste, ex titulaire, infirmier (service, ex chir cardio, méd cardio) </b> <span class="pris">★</span> <i>prénom p. nom</i>

_________________

    I am everything. I am anything. I am automatic.
    I am yesterday. I am everyday. I am gonna be...
    code broadsword.


Dernière édition par Shiloh Murray le Ven 8 Juil - 0:47, édité 11 fois
Shiloh Murray
MEMBRE DU MOIS ∞ félicitations !
avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 29/06/2016 ☆ MESSAGES : 86 ☆ DISPO RP : SI PATIENT, OK
☆ AGE : 25
☆ METIER : Pas de chance pour moi, je ne suis pas la vétérinaire dont je rêvais en étant gamine. Mais.. J'ai, à mes yeux, le plus beau métier. Cavalière de reining à mon compte depuis quelques années. Avec mes chevaux et ceux de clients, bien entendu. Une belle écurie qui se garnit de très bons chevaux à mesure que le temps passe.
☆ LA-BAS : Dans cette foutue chambre qui n'est pas LA mienne .. Et dans laquelle je suis bien partie pour rester un bon moment. J'en suis ravie, vous n'imaginez même pas.
☆ ON YOUR MIND :

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shiloh | I can't deal with this right now. I just want to go to sleep and wake up next year.   Mer 29 Juin - 23:16


✩ ✩ ✩ ✩ ✩
Seriously ? F*ck it. I'm done !



Il parait qu'il faut que jeunesse se fasse..
« Qu'attendez-vous exactement de moi ? Qu'est-ce que vous pouvez donc bien me vouloir ? Que je vous parle de ma vie, aussi consternante et pénible soit-elle ? Vous voulez sans doute vous rassurer, en lisant mon histoire. Pas vrai ? Juste pour vous rassurer au sujet de la vôtre, certainement plus sereine et avec son lot de p'tits bonheurs. Très bien, si vous y tenez. Après tout, ce récit que je m'apprête à vous livrer devrait vous expliquer pourquoi, à mon âge, je n'attends plus grand chose de ma vie. Pourquoi le pessimisme quotidien ne cesse d'arracher mon sourire chaque jour un peu plus. Pourquoi, du jour au lendemain, je suis passée d'une vie d'une ado des plus normales, à celle d'une jeune femme qui croupit dans sa chambre d'hôpital comme un rat mort au fond de sa cage. J'étais bien, il y a encore quelques années de ça. Tout pour être heureuse. Et pourtant, à croire qu'une malédiction m'a tout simplement frappé. Faites-moi, par contre, le plaisir de ne pas me juger. Sans avoir vécu certaines choses, j'estime qu'il est plutôt difficile de porter un jugement sur l'autre. Je ne vous juge pas, faites pareil à mon sujet. Je sais aussi qu'il y a toujours pire que soi. Face à d'autres histoires, la mienne pourrait être un conte de fées. Mais disons qu'elle me suffit. Amplement. Sinon, j'ai rien de bien croustillant à raconter à mon sujet. Je suis une nana comme les autres. Le matin, lorsque mon réveil sonne, je me lève, je me prépare pour aller bosser, je mange, je dors. Enfin, ça... C'était avant. Avant que je sois dans ce foutu lit dans cette foutue chambre blanche. Moi qui ai toujours été indépendante, ne souhaitant pas être une plaie pour mes parents ni même pour personne d'autre, c'est un changement radical dans mon quotidien. Me voilà soumise à tous ces appareils, tous ces examens qu'on cesse de me faire. Dire qu'à la base, je suis ici pour une simple chute de cheval .. Me voilà avec bien d'autres problèmes sur les bras. Bienvenue dans la vie chaotique de Shiloh Murray, où tout est -malheureusement- possible. »

Sans grand mystère, je suis donc née le 22 mars 1992 à Atlanta. Troisième enfant de la famille, j'étais enfin la première fille de ce couple formé par mes parents, Maureen et Amaury Murray -comme quoi, voyez que les prénoms loin d'être courants sont de famille-. Je crois bien que mes parents se connaissent depuis leur enfance -ou du moins, au début de leur adolescence-, formant par ailleurs l'un des couples les plus solides qu'il m'ait été donné de voir. Ils sont impressionnants ensemble. Toujours là l'un pour l'autre et surtout, toujours aussi amoureux même après tant d'années et d'épreuves passées ensemble. Un bel exemple. Enfin.. Si on met de côté la première grossesse de ma mère. Je ne me suis jamais vu suivre son chemin à ce niveau-là, même si, du coup, on a eu la chance d'avoir des parents bien jeunes. Après tout, ma mère a bien accueilli son premier fils lorsqu'elle n'était agée que de 17 ans, mon père ayant un an de plus qu'elle. Mon ainé, Gwendal, est ainsi né en 1984. Cinq ans plus tard, c'est au tour de Darryl de naître, laissant ma mère être la seule femme de la maison. Il était temps que j'arrive. Après deux brouillons, il fallait au moins une œuvre d'art pour rattraper le tout -coucou les frérots, je vous aime- ! Inutile de dire que je plaisante. Ils savent, tout deux, à quel point ils sont importants pour moi. Bref. Avoir trois enfants, si jeunes, n'a pas empêché mes parents de réussir leurs études avec brio, ma mère devenant une doc en blouse blanche bien douée et mon père, vétérinaire. Et nous, on grandissait dans un environnement qui doit, sans aucun doute, frôler de très près la perfection.

Très tôt, j'ai été contaminée par la passion de mon père. Je n'avais qu'une petite poignée d'années lorsque je me projetais dans un futur entouré d'animaux en tous genre. Des chiens, des chats et surtout, des chevaux. Je n'avais que trois ans lorsque mes parents se sont décidé à me payer des cours d'équitation à force de me voir les yeux pétillants et brillants d'intérêt face à ces nobles créatures. C'était très simple, ils avaient là la punition suprême à m'infliger lorsque j'étais dissipée. Ma naïveté de gamine me poussait à penser que jamais mon père n'allait me priver de mon cours de poney, et pourtant.. C'est arrivé une fois. Une seule et unique fois. Et oui, en voyant que les parents ne déconnaient pas réellement en me menaçant de ne pas me conduire aux écuries, j'ai rapidement pris la menace plus sérieusement et ça ne s'est plus reproduit par la suite. Et puis, je me souviendrais toujours de cette matinée de Noël des plus incroyables.. Je n'avais que 6 ans et cela faisait des jours voire même des semaines entières que je déprimais à vue d'œil. Teddy, un poney dont je m'occupais lors de mes après-midi de vacances ou même le week-end était en vente. Simplement parce que sa propriétaire -une nana qui a 5 ans de plus que moi et qui, elle, est réellement pourrie gâtée jusqu'à la moelle- estimait qu'elle ne pouvait plus rien faire avec lui et que donc, il était juste bon à être vendu. Sans la moindre peine dans la voix, rien. C'était à croire qu'elle s'en foutait littéralement de ce p'tit poney noir qui, pourtant, l'a prise sur son dos pendant de nombreuses années. Super comme remerciement ! Certes, elle était devenue trop grande pour le monter. Mais quand même. A mes yeux, elle l'abandonnait purement et simplement. Et j'en devenais folle à la maison, n'osant pas imaginer mes journées de vacances sans mon p'tit Teddy. Quelques jours avant Noël, la terrible nouvelle était tombée. On m'avait annoncé que mon noiraud allait faire le bonheur d'une petite fille pour les fêtes de fin d'année. Bien entendu, j'étais très loin d'imaginer qu'il était question de moi. La gorge nouée et le ventre en vrac, j'imaginais déjà le box du petit noir vide une fois arrivée. Mon père prétextait avoir une urgence vétérinaire pour justifier son départ vers les écuries en cette matinée-là. Je n'avais pas voulu y aller. Oh non.. « Shiloh. Je suis sûre que ton père a besoin de ton aide. Tu ferais bien d'aller avec lui. Tes frères et moi, on vous rejoint un peu plus tard pour voir tes progrès à poney. » La peur de ne pas voir le poney noir dans son box était si forte, si intense que des perles perlaient sur mes joues. Pas celles d'un caprice de petite fille dont les parents avaient les moyens de lui payer tout ce qu'elle désirait. Non. Les premières larmes à l'idée de perdre un ami. Teddy était plus qu'un vulgaire poney pour moi. Baissant la tête et en silence, je m'étais mise en chemin pour rejoindre mon père dans le garage et ainsi, me confronter à ce que je redoutais le plus. Mon père fit un détour vers sa clinique pour chercher diverses choses manquantes dans son 4x4 de boulot alors que j'attendais, installée à l'intérieur. Je n'avais même pas idée de toute cette mise en scène qui se déroulait au même moment. Ma mère et mes frères étaient déjà sur place, en train de décorer la façade du box de Teddy tout en lui nouant un gros nœud rouge autour de l'encolure. Et lorsque j'ai finalement compris qu'on n'allait pas être séparés, je me suis faite la promesse que plus jamais il n'allait être en vente. Une enfance, pour résumer les choses, des plus banales et ponctuée de moments qui l'étaient un peu moins. Des moments bien calmes, et d'autres qui l'étaient nettement moins. Après tout, ça forge le caractère que de grandir avec deux grands frères. Des ainés que je n'échangerai pour rien au monde.


.. qu'un premier amour ne s'oublie pas ..
Fermez les yeux l'espace d'un bref instant et imaginez. Laissez-vous aller à sentir cette douce odeur qui sort du four. Un doux parfum sucré qui laisse une odeur chocolatée dans toute la maison. Cela a toujours été le secret de ma mère. Ses gâteaux d'anniversaire étaient toujours à tomber, surtout pour la gourmande que je suis. Cette journée-là, on fêtait mes 14 ans. Teddy était toujours avec moi, même si j'étais réellement trop grande pour grimper sur son dos. Il avait une nouvelle compagnie dans son pré, une belle jument avec laquelle je participais à pas mal d'épreuves en concours complet. Et puis, il avait lui. Aaron Moore. Ce lui avec qui je riais tellement en cours et même en dehors, avec qui je passais des heures entières à parler au téléphone. Ce lui rapidement devenu important pour moi, devenant même mon meilleur ami. Bien entendu, il allait être de la partie. Mes chers parents avaient eu dans l'idée d'organiser une petite soirée pour mon anniversaire. La grande classe, en quelque sorte. D'autant plus que j'avais pu être particulièrement sélective sur mes invitations, évitant ainsi toutes les crevures qui mourraient de jalousie, soit de me voir proche -sans doute un peu trop à leur goût- d'Aaron ou simplement par sorte de conflit d'intérêt, histoire de gagner en popularité. Une chose tout bonnement ridicule. Surtout que je ne faisais rien pour être dite populaire, bien au contraire. Le mauvais côté de la petite fortune de mes parents, malheureusement. En tout cas, j'étais plus que ravie de savoir qu'il allait être là. Une petite heure avant le début de la petite fête, je n'étais toujours pas prête. Plusieurs tenues étaient étalées sur mon lit, ne sachant vraiment pas quoi mettre pour l'occasion, surtout qu'il fallait une robe qui ne tranchait pas réellement avec celle que j'étais. De loin pas une accro au shopping et dont les armoires débordaient de vêtements neufs, jamais mis. Et pourtant, il fallait bien quelque chose d'un minimum habillé. Une véritable épreuve pour une nana comme moi, mais peu importe. J'avais trouvé la tenue parfaite. A peine le temps de l'enfiler que les premières personnes arrivaient petit à petit. Si je les avais invité, ce n'était pas pour voir la montagne de cadeau recouvrir l'immense table qui leur était dédié, mais bien pour m'amuser et passer du temps avec mes amis. « Hey moustique. » Oui, c'est le charmant surnom que me donne Darryl depuis toujours. Il parait que malgré ma petite taille, j'arrive à me montrer aussi pénible qu'un moustique en pleine nuit. Alors que je parlais avec Elvie, une amie de ma classe, je me suis décidée à tourner la tête vers mon frère. « T'as pas soif ? T'sais, tu ferais bien d'aller te chercher un verre. » qu'il m'a alors dit. Intervention qui a eu le mérite de me faire arquer un sourcil, ne comprenant absolument pas pourquoi il m'avait dit cela. Face à mon manque d'entrain, il m'a pris la main pour m'y tirer. Jusqu'à lui. Il était beau. Très beau, dans son costume de soirée. Un sourire échangé, et déjà mon frère n'était plus dans les parages. « Un diabolo grenadine pour la d'moiselle. » Me mordant la lèvre, je tentais de me retenir de rire. Il prenait cet air qui ne lui ressemblait tellement pas, mais qui était appelé par l'ambiance de ce début de soirée. D'un geste des plus posés, j'ai pris ce verre qu'il me tendait. Le temps passait tranquillement. L'ambiance était des plus agréable, sans la moindre prise de tête. Et c'était lorsque les premiers accords de You and me de Lifehouse se jouait qu'Aaron est revenu vers moi. « Est-ce que je peux me permettre d'inviter la reine de la soirée à danser avec moi ? » qu'il m'avait alors demandé, m'arrachant un énorme sourire alors que j'entendais les quelques amies avec qui je parlais alors se mettre à glousser comme pas possible. Aaron était amusé de leur réaction, bien que son visage paraissait étrangement tendu. On ne s'est pas mêlé à la foule, restant un peu en retrait. I've been losing so much time. Une simple phrase qui me fit croiser son regard alors que je m'approchais de lui pour entamer cette danse. « Merci d'être venu. » que je lui ai alors dit, le faisant littéralement sourire. And I don't know why, I can't keep my eyes off of you. Il était inutile pour moi de troubler l'instant avec d'autres mots dénués de tous sens. J'étais si bien, presque dans ses bras alors qu'on ne faisait que se regarder. Une autre discussion se déroulait et qui ne demandait pas la moindre parole. All of the things that I want to say just aren't coming out right. Sans savoir pourquoi, mes joues se sont alors teintées et mes yeux se sont fermés en sentant ses lèvres se poser sur mon front. And it's you and me and all of the people.

.. avant que la vie ne reprenne ses droits.
On n'avait que 17 ans lorsque tout s'est emballé. Pas forcément dans le bon sens du terme. On était heureux ensemble, à croire que la vie avait décidé que cela suffisait. Qu'elle a été trop bonne avec nous depuis tout ce temps. Même si j'ai abandonné mon rêve d'être vétérinaire comme mon père, j'avais des projets plein la tête. Et cela commençait avec Joe, mon adorable voisin âgé d'une petite dizaine d'années. Cet adorable p'tit gars avait une forme d'autisme. Ne me demandez pas de détails à ce sujet, cela ne vous regarde tout simplement pas. En revanche, ce que vous pouvez savoir à son sujet, c'est qu'il venait très souvent avec moi pour voir et m'occuper de Teddy et Valeska, mais aussi des deux chevaux à mes parents. Ils ont craqué et je n'ai pas honte de dire que je les ai contaminé de ce virus du cheval. Certes, pas au même point que moi. Mais quand même. En plus, cela permettait à mon adorable petit noireaud de ne pas être seul au pré ou au box lorsque je partais en concours avec ma jument. Parce que oui, entre temps, on avait déménagé dans une belle propriété avec une petite écurie et des prés immenses. Quel rêve d'avoir ses chevaux chez soi. Et pourtant, depuis un moment, je savais qu'une fois ma majorité passée, j'allais partir de la maison familiale. Non pas parce que je ne m'y plaisais pas, bien au contraire. J'avais juste besoin de vivre par moi-même. Aaron, plus âgé de quelques mois, était dans la même optique même si, contrairement à moi, il allait se lancer dans de longues études. Disons que pour moi, les bancs de l'école relevaient d'une torture sans nom. Non pas que je n'y arrivais pas. C'était tout le contraire en fait. Des facilités. Trop sans doute.. Du coup, les moments passés avec Joe me montraient que c'était ça ce que je voulais faire de ma vie. Apporter à d'autres ce que mon adorable voisin pouvait ressentir avec ma bande de poilus à quatre pattes et friands de carottes. Des poilus qui resteraient, d'ailleurs, chez mes parents pour les installations plutôt top. Ce qui devait m'éviter de payer des pensions en plus du loyer, seule aide que je pouvais accepter pour le moment de mes parents. Et puis, Valeska et Teddy étaient comme des p'tits rois à cet endroit.

Un soir -alors que je dormais chez lui-, je sentais très bien qu'il me cachait des choses. Ou du moins, qu'il ne me disait pas tout. Son regard fuyant était certainement la preuve ultime me forçant à penser ça. Et autant dire que ce qui n'était pas bon pour Aaron ne l'était pas plus pour moi. Assise en tailleur sur son lit, le livre que je lisais alors ouvert et posé sur mes cuisses, je le regardais. Mon beau brun était assis à son bureau, devant ses cours. Mais il ne bougeait pas. Les pages ne se tournaient pas, pas plus qu'il ne semblait lire. Non. Il se tenait la tête entre ses deux mains. Le voir ainsi me fit pencher la tête sur le côté. « 'Ron ? » que je lui ai alors demandé, une inquiétude non dissimulée dans la voix. « Ca va ? Viens te coucher, il est tard. » Veine tentative pour le faire venir. Je savais très bien qu'il n'allait jamais dormir sans avoir bouclé son objectif de révisions du jour. Mais là, il y avait quelque chose d'étrange dans son attitude. Il a soupiré tout en se levant, signal, pour moi, de mettre mon marque-page en place et de laisser mon bouquin de côté tout en allumant la petite lumière à côté du lit. On était tellement synchro sur l'exercice, si bien qu'il a rapidement pu me rejoindre après avoir éteint le plafonnier au-dessus de nous. Il s'est alors rapproché de moi alors que je le regardais, toujours avec cette lueur d'inquiétude dans le regard. Ses deux mains se sont posées sur mes deux cuisses alors que ses yeux tentaient d'accrocher les miens. « Ecoutes.. » Oulà. Mes sourcils se sont froncés rien qu'avec ce simple mot qui n'engageait rien de bon. « Je pensais avoir encore un peu de temps avant de t'en parler, mais.. » Il n'en fallait pas plus pour que mon ventre se noue, redoutant tellement cette révélation qui le mettait dans cet état de faiblesse qui ne lui ressemblait de loin pas. « .. il semblerait que non. » Là, il ne pouvait vraiment pas être plus précis. Il sentait mon angoisse gronder en moi, si bien que l'un de ses mains s'imposait contre ma joue après avoir replacé une mèche rebelle derrière mon oreille. « Qu'est-ce que tu veux dire par là ? » Je ne devais pas avoir merdé au final, il n'aurait pas cherché à me réconforter comme il le faisait. Pour la première fois, j'espérais qu'il ne me fasse que marcher. Que l'objet de sa crainte n'avait pas lieux d'être. Mais.. « Tu te souviens, la semaine dernière. Mon malaise.. » Oh que oui ! Je m'en souvenais même plus que bien ! Quelle frayeur j'ai eu, alors que je l'ai retrouvé inconscient en revenant de la cuisine. Et là, très franchement, le peu d'attitude positive que j'avais encore s'est évaporée comme par magie. C'était par un petit signe de tête que j'ai répondu à l'affirmative, m'attendant à tout.. Sauf certainement au pire. « J'suis allé faire des examens suite à ça et il se trouve qu'ils ont trouvé un truc bizarre niveau cardiaque.. » Je ne sais toujours pas à quel moment j'ai décroché de ce qu'il me disait. Si c'était à partir de truc bizarre ou bien cardiaque, à moins que cela n'avait déjà été le cas à malaise. Toujours est-il que ce visage qu'il m'a alors adressé me hante nuit et jour. Et je ne pouvais rien faire de plus, du moins rien d'autre que de me montrer présente pour lui. Chaque jour qui passait, jusqu'à son hospitalisation une semaine plus tard.

Malgré mes journées plus que chargées, je tenais à être auprès d'Aaron. Tout le temps, constamment. Disons très clairement que j'en avais besoin. Comme si une vilaine peur me rongeait de l'intérieur. J'avais besoin de lui. Cela faisait pas mal d'années qu'on se connaissait et presque trois ans passés ensemble. Évidemment, la vie n'est de loin pas facile au quotidien. Il nous arrivait de nous prendre la tête pour des broutilles sans la moindre importance. Une chose inévitable dans tout couple, je pense. Et pourtant, on restait littéralement accro à l'autre. Et là, il avait besoin de moi. La veille de son opération à cœur ouvert, je ne suis même pas allé travailler. J'ai passé toute ma journée avec lui sans savoir qui, au final, avait le plus besoin de l'autre. Être une grande stressée de la vie n'a bien évidemment, pas aider. Pourtant, je prenais sur moi pour lui changer les idées au mieux ainsi qu'à moi-même. Difficile, pourtant, dans cette chambre qui n'était ni la mienne, ni la sienne. « J'aimerai tellement que ce soit ton visage que je vois en premier en me réveillant. » qu'il m'a alors dit avec une pointe d'humour dans la voix, alors qu'on était installés sur le fauteuil de la pièce bien trop blanche à mon goût. « Pas possible, malheureusement. Mais ce sera tout comme, tu le verras très rapidement. » Oui, c'était une promesse. Le temps filait si vite, si bien que l'infirmière n'a plus tardé pour venir s'occuper de mon brun. Il était l'heure, pour moi, de rentrer. Sans grande motivation, bien entendu. Les parents d'Aaron étaient déjà partis depuis une petite demi-heure, me laissant seule avec leur fils. Tout en me levant, mes yeux se sont posés sur son poignet. Une simple image me faisait doucement sourire : ma gourmette à son poignet, alors que la sienne était au mien. Et ce, même s'il allait devoir s'en séparer pour l'opération. Simple échange permettant à l'un de sentir un peu la présence de l'autre grâce à la force de son prénom gravée d'un côté et de l'autre, cachée contre la peau, la date de cette fameuse fête pour mes 14 ans. Inutile de vous dire que je n'ai pas fermé l'œil de la nuit. Il m'était impossible de dormir, pas à quelques heures de cette opération-là.

Cela faisait déjà deux longues heures que j'attendais sur cette chaise, les parents d'Aaron à ma gauche. Mon pied illustrait à la perfection l'impatience qui s'était emparée de moi. Une longue attente alors qu'il était encore au bloc. Sans la moindre nouvelle à son sujet. « Je reviens. » que j'ai alors dit à Lana, la mère d'Aaron, en posant l'une de mes mains sur son bras, prenant sur moi pour ne pas me trahir face à elle. La pauvre n'avait pas besoin de me voir dans un tel état en plus de sa propre attente. Je n'en pouvais ainsi plus, me levant pour faire un tour dehors. Assise sur le bord d'un banc à l'écart, j'en ai profité pour sortir mon téléphone et appeler mon amie June qui s'occupait des chevaux aujourd'hui. Une conversation qui me faisait un peu de bien alors que je me forçais à penser à autre chose que ce qui pouvait se jouer non loin de moi. Finalement, alors que je rentrais à nouveau pour rejoindre Lana et Carl, son mari, ce dernier m'avait envoyé un message me disant qu'il était sorti du bloc. Il n'en fallait pas plus pour me faire allonger les foulées, mon p'tit cœur battant bien trop fort pour la peine. Bien entendu, je savais très bien qu'on allait devoir encore attendre un moment, qu'il se réveille tranquillement. Mais au moins, c'était terminé. Alors qu'on prenait notre mal en patience, un homme attira mon attention. C'était le chirurgien d'Aaron, passant dans le couloir non loin de là. Il n'en fallait pas plus pour que je me lance à sa poursuite puisqu'on était assez en retrait, il n'avait pas dû savoir qu'on se trouvait à cet endroit-là. « Docteur.. Chaplin ? » C'était bien ce nom que j'avais entendu la veille, lorsqu'il était venu voir Aaron dans sa chambre alors que j'étais présente. Sans même m'en rendre compte, j'avais attrapé son bras de l'une de mes mains pour attirer son attention en plus de mes quelques mots, lui montrant ainsi que j'étais là, face à lui. « Comment il va ? » Une simple question, m'angoissant comme pas possible. Et ce fut un réel soulagement lorsqu'il m'annonça que tout s'était bien passé. Après ça, je n'avais qu'une idée en tête : retrouver Aaron. Ce qui m'a été possible de faire quelques heures plus tard, juste après ses parents. Pas plus de deux dans la chambre. Encore un peu de patience.. Il a donc été transféré dans une autre chambre. « Hey. » que je lui ai dit, d'une petite voix en passant la porte. Tout ce qui se trouvait autour de lui me rendait presque nerveuse. Il n'avait qu'à me sourire, très légèrement, pour attirer à nouveau mon attention vers lui. « Salut. » qu'il m'a alors simplement répondu de sa petite voix, m'arrachant presque un petit gloussement nerveux, mais tellement soulagé au fond. « T'es toujours aussi canon, malgré tous ces appareils partout autour de toi. » Tentative plus que maladroite de faire un peu d'humour. Mais qui avait fonctionné vu le petit rire qui s'était échappé de ses lèvres. Je suis restée près de loin pendant un petit bout de temps, avant de le laisser pour qu'il puisse se reposer. « Tu reviens demain ? » Alors que j'ouvrais la porte de sa chambre, je lui ai répondu, le tout souligné d'un clin d'œil amusé. « T'en as d'autres des questions de ce genre ? Aller, dors maintenant. A demain. » Si seulement je savais que c'était la dernière fois qu'il me disait qu'il m'aime, que je pouvais sentir son regard sur moi. Sentir sa main dans la mienne et goûter à ses lèvres.. Sans doute ne serais-je jamais partie. Malheureusement, le lendemain matin, Lana m'a appelé. Elle était en pleurs au téléphone. Aaron avait eu une complication. Une poignée de minutes plus tard, on était tous trois dans sa chambre, vide. Il se battait pour survivre alors même que je ne pouvais rien faire pour lui. La porte s'était ouverte, me faisait sursauter alors que j'avais espoir de le voir revenir. Et pourtant, ce n'était pas lui. Mais ce fameux docteur Chaplin. Aaron était parti. Pour de bon.


Malgré tout, il faut avancer ..
Cela faisait déjà deux ans qu'il n'était plus là. Et même si pour certains j'étais encore jeune et avais toute la vie devant moi pour aimer un autre homme -ce qui, je l'avoue, n'est pas foncièrement faux-, je savais très bien que ça ne serait jamais pareil. Aaron était bien plus pour moi qu'un simple petit-copain ou autre du genre. Il était celui qui savait me faire rire même dans les journées les plus déprimantes. Et des personnes aussi douées que ça, il n'y en a pas à tous les coins de rue. Plusieurs choses, dans ma vie, ont alors été remises en question. Voilà pourquoi j'ai passé toute une année au Texas, auprès d'un entraîneur de reining et délaissant alors le concours complet pour me transformer en vraie cowgirl, d'autant plus que Terry, l'entraineur en question, tournait également beaucoup en cutting -une discipline avec du bétail, digne héritage des cowboys pour séparer, par exemple, une vache malade du troupeau ou autre du genre-. Ce n'était vraiment pas facile. Recommencer pratiquement du tout début était déstabilisant, mais nécessaire pour découvrir ce nouveau monde équestre. Et surtout, comme ça, je pensais à autre chose. Mes progrès ne se sont pas fait attendre, d'ailleurs. Très vite, je me suis retrouvée en charge des jeunes chevaux. Une année très enrichissante pour moi, qui a un peu chamboulé mes plans de base pour mon objectif à plus ou moins long terme. Quoique, seule ma discipline a changé. J'ai toujours dans l'idée d'ouvrir une structure équestre pour aider certaines personnes comme Joe. Si j'ai eu d'autres hommes entre-temps ? Non. Cela restait encore trop frais dans ma tête, j'avais encore besoin de temps pour m'ouvrir à un autre. Tellement de regrets .. Et pourtant, il fallait avancer. Si ce n'était pas pour moi, c'était pour mes parents, ceux d'Aaron, nos amis .. Et pour lui.


.. avant d'être taclée à son tour.
Plusieurs autres années se sont écoulées. J'aimerais pouvoir dire que la douleur de la perte d'Aaron ne me ronge plus lorsque mes yeux s'ouvrent chaque matin, mais c'est faux. Certes, ça va mieux. Mais il reste toujours à quelque part dans ma tête. Parfois, lorsque je ne suis pas en bien grande forme, il m'arrive de penser à lui, à imaginer le couple qu'on aurait pu devenir.. et qu'on ne sera jamais. J'ai, bien entendu, eu quelques petites histoires. Rien de bien fameux et puis, je n'ai vraiment pas le temps de me poser véritablement. Les écuries que je loue sont pleines de bons cheveux que des propriétaires me laissent à l'entraînement pour pouvoir les valoriser et sortir en compétitions. Mon duo saboté s'est d'ailleurs transformé en quatuor. Baby et Doc ont rejoint ma folle aventure pour mon plus grand plaisir. Ce sont eux qui me font sourire. D'autant plus que j'arrive très bien à vivre de mon métier-passion comme je me plais à l'appeler. J'ai la chance de pouvoir faire ce que j'ai toujours voulu. Après, on a dû quitter Atlanta l'année dernière, pour s'installer non loin de Boston. Enfin, ce sont surtout mes parents qui ont initié le mouvement et comme ils ont trouvé une superbe opportunité niveau installations pour moi, je n'ai pas vraiment hésité à les suivre. Toujours indépendante, je ne vis pourtant pas chez eux, même s'ils m'invitent à manger au moins un soir par semaine. Et je bosse. Énormément. Avec de la chance, d'ici 3, 4 voire 5 ans, je vais réussir à ouvrir ce petit ranch pour y accueillir une foule de petits Joe. Donc oui, ça va. J'ai réussi à surmonter la perte d'Aaron, bien qu'elle restera ancrée en moi.

J'ai certainement rebondi avec tellement de classe que la vie à décider de me rappeler à l'ordre, il y a tout juste quinze jours. J'étais à cheval comme presque tout le temps, prenant le temps de partir faire une belle balade à l'aube. Tout était tranquille. Ma fidèle Valeska était des plus ravie de pouvoir se dégourdir un peu en dehors de son pré pour profiter de sa semi-retraite bien méritée. Sauf que je n'ai nullement compris pourquoi ni comment s'était arrivé, mais je me suis retrouvée projeté au sol, ma jument m'ayant percutée au passage. Ce n'était pas de sa faute, ni même de la mienne. Le sol, certainement instable -et sans doute avec l'aide d'une rigole de loin pas réglementaire-, s'est joué de nous. Sauf que ma belle s'est relevée, mais pas moi.. Sans savoir qui m'a trouvé, je viens seulement de me réveiller dans cette pièce d'une blancheur presque aveuglante et qui me rappelle de bien mauvais souvenirs. Mes paupières sont bien trop lourdes. J'ai même des difficultés à les maintenir ouvertes. Et je ne parle même pas de ce mal qui m'empêche presque de respirer. Il est difficile de sortir d'un coma artificiel, même de deux petites semaines. Un état de sommeil sans fin dans lequel on m'a plongé à mon arrivée à l'hôpital, lorsque les docs ont remarqué ce poumon perforé, bonus de mes côtes cassées. Et je ne parle même pas de ce mal de crâne affreux qui me donne juste envie de me frappe la tête contre le mur. Dire que ce n'est que le début des emm*rdes puisque, forcément, il n'y aura pas que ça. Mon séjour par ici risque de s'éterniser bien plus longtemps que prévu à force de quelques petites surprises imprévues. Déjà que de mauvais souvenirs me reviennent ... Imaginez ma tête lorsque je vais me retrouver face à ce fameux docteur Chaplin, celui-là même que j'ai, pendant un bon moment, considéré comme étant coupable de la mort d'Aaron. Un sentiment qui s'est estompé avec le temps, mais qui risque de ressurgir en constatant que lui aussi a quitté Atlanta.

_________________

    I am everything. I am anything. I am automatic.
    I am yesterday. I am everyday. I am gonna be...
    code broadsword.


Dernière édition par Shiloh Murray le Mer 13 Juil - 12:01, édité 8 fois
Abby V. Habbot

avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 07/03/2016 ☆ MESSAGES : 56 ☆ DISPO RP : LIBRE A 100%
☆ AGE : 24
☆ METIER : Lycéenne
☆ LA-BAS : Entre les nuages et la terre, droguée

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shiloh | I can't deal with this right now. I just want to go to sleep and wake up next year.   Mer 29 Juin - 23:39

Bienvenue :)
Shiloh Murray
MEMBRE DU MOIS ∞ félicitations !
avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 29/06/2016 ☆ MESSAGES : 86 ☆ DISPO RP : SI PATIENT, OK
☆ AGE : 25
☆ METIER : Pas de chance pour moi, je ne suis pas la vétérinaire dont je rêvais en étant gamine. Mais.. J'ai, à mes yeux, le plus beau métier. Cavalière de reining à mon compte depuis quelques années. Avec mes chevaux et ceux de clients, bien entendu. Une belle écurie qui se garnit de très bons chevaux à mesure que le temps passe.
☆ LA-BAS : Dans cette foutue chambre qui n'est pas LA mienne .. Et dans laquelle je suis bien partie pour rester un bon moment. J'en suis ravie, vous n'imaginez même pas.
☆ ON YOUR MIND :

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shiloh | I can't deal with this right now. I just want to go to sleep and wake up next year.   Jeu 30 Juin - 0:59

Merci Abby

_________________

    I am everything. I am anything. I am automatic.
    I am yesterday. I am everyday. I am gonna be...
    code broadsword.
Matthew-J. Caulfield
ADMIN ∞ fire and ice
avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 13/10/2015 ☆ MESSAGES : 495 ☆ IDENTITES : willou le bg, lena la bonnasse, c la chaudasse
☆ DISPO RP : OVERBOOKE(E)
☆ AGE : 39
☆ METIER : urgentiste titulaire
☆ LA-BAS : dans la salle de repos de l'hôpital
☆ ON YOUR MIND :


Voir le profil de l'utilisateur http://brokenbodies.forumactif.fr/t74-matthew-life-s-too-short-to-even-care-at-all http://brokenbodies.forumactif.fr/t129-matthew-love-is-a-lie

MessageSujet: Re: Shiloh | I can't deal with this right now. I just want to go to sleep and wake up next year.   Jeu 30 Juin - 6:59

bienvenuuue :3
si jamais tu as la moindre question, n'hésite pas à te tourner vers novah ou bien vers moi-même
et bon courage pour ta fiche

_________________
(va être refaite parce que les gifs sont plus hébergés et ça sucks à fond.
)
Nathanaël Chaplin

avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 29/06/2016 ☆ MESSAGES : 92 ☆ IDENTITES : Judicaël, le p'tit geek
☆ DISPO RP : SI PATIENT, OK
☆ METIER : Prêtre

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shiloh | I can't deal with this right now. I just want to go to sleep and wake up next year.   Jeu 30 Juin - 10:31

T'as pas le droit de dormir aussi longtemps que ça, non mais oh !

Ceci était le passage nul pour pourrir ta fiche aussi !

_________________
J'ai tellement rêvé que le réel me tue.
Moi, j’ai toujours eu ce dont j’avais envie mais jamais ce dont j’avais besoin : une main qui se tend et quelqu’un qui me comprend. Des yeux qui me pardonnent d’avoir mentit autant, quelqu’un qui me répare, qui met de l’or dans ma vie.
Shiloh Murray
MEMBRE DU MOIS ∞ félicitations !
avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 29/06/2016 ☆ MESSAGES : 86 ☆ DISPO RP : SI PATIENT, OK
☆ AGE : 25
☆ METIER : Pas de chance pour moi, je ne suis pas la vétérinaire dont je rêvais en étant gamine. Mais.. J'ai, à mes yeux, le plus beau métier. Cavalière de reining à mon compte depuis quelques années. Avec mes chevaux et ceux de clients, bien entendu. Une belle écurie qui se garnit de très bons chevaux à mesure que le temps passe.
☆ LA-BAS : Dans cette foutue chambre qui n'est pas LA mienne .. Et dans laquelle je suis bien partie pour rester un bon moment. J'en suis ravie, vous n'imaginez même pas.
☆ ON YOUR MIND :

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shiloh | I can't deal with this right now. I just want to go to sleep and wake up next year.   Jeu 30 Juin - 17:17

Merci Matthew
Pas de soucis, je n'hésiterai pas

Nate le pollueur de fiche
C'est vrai que dans un an, y'en a qui entament une nouvelle dizaine Donc bon, 6 mois seulement

_________________

    I am everything. I am anything. I am automatic.
    I am yesterday. I am everyday. I am gonna be...
    code broadsword.
William A. Grimm
ADMIN ∞ blasphem and mercy
avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 28/03/2016 ☆ MESSAGES : 227 ☆ IDENTITES : mattou le gros chat, lena la glandeuse, connie la maman ourse
☆ DISPO RP : ENCORE DISPO
☆ METIER : agent de la sécurité au masters & johnson hospital
☆ LA-BAS : à l'entrée de l'hôpital.
☆ ON YOUR MIND :

andrew » libre


(i'm batman)


Voir le profil de l'utilisateur http://brokenbodies.forumactif.fr/t151-william-catch-me-if-you-can

MessageSujet: Re: Shiloh | I can't deal with this right now. I just want to go to sleep and wake up next year.   Ven 8 Juil - 11:20


✩ ✩ ✩ ✩ ✩
congrats, you're in !


c'est triiiiiiiiiiiiiiiiiiiiste. je sais bien que je dis toujours que les meilleurs films sont les plus tristes mais quand même xD ! pauvre shiloh, ça doit être très difficile de se remettre d'une telle perte (en plus, ils avaient l'air d'aller si bien ensemble, je les aurai grave shipper ) et encore plus de retourner à l'hôpital après ça...

but anyway, jolie fiche :3 je te souhaite de beaucoup t'amuser parmi nous :3 !


C'est le grand jour, petit chanceux ! En effet, te voilà maintenant admis à l'hôpital, que tu sois un patient ou un médecin. C'est donc à partir de maintenant que tu peux vraiment prendre part à l'aventure Broken Bodies et crois-moi, tu ne le regretteras pas ! Toutefois, avant que tu ailles t'éclater avec tes compagnons de route, voici quelques petits rappels :
- organiser un répertoire est toujours utile, surtout pour qu'on puisse savoir qui contacter en cas de malheur - non pas que nous te le souhaitions, évidemment. Et si tu le souhaites, nous t'invitons, aussi à tenir une fiche de rp à jour, pour que les autres curieux puissent lire tes précédents sujets et qu'on puisse tous voir l'évolution de ton personnage !
- créer tes scénario si jamais tu attends quelqu'un de vraiment très importants pour ton évolution (et n'oublie pas de faire recenser leurs avatars).
- si tu le souhaites, tu peux aller faire la connaissance des autres joueurs dans le flood, c'est toujours sympa de connaître un peu ceux avec qui on croise les mots ;)
Sur ce, il ne me reste plus qu'à te souhaiter un excellent jeu ! Et n'oublie pas, si tu as la moindre question, tu peux contacter Matthew ou Novah !

_________________
Nathanaël Chaplin

avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 29/06/2016 ☆ MESSAGES : 92 ☆ IDENTITES : Judicaël, le p'tit geek
☆ DISPO RP : SI PATIENT, OK
☆ METIER : Prêtre

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shiloh | I can't deal with this right now. I just want to go to sleep and wake up next year.   Ven 8 Juil - 11:50

Oublie Shiron (ou Aariloh ? ), tu shipperas encore plus Natiloh (on s'moque pas du nom de ship Arrow )

(Oui oui, fallait que Nate débarque ici pour dire ça, c'est normal )

_________________
J'ai tellement rêvé que le réel me tue.
Moi, j’ai toujours eu ce dont j’avais envie mais jamais ce dont j’avais besoin : une main qui se tend et quelqu’un qui me comprend. Des yeux qui me pardonnent d’avoir mentit autant, quelqu’un qui me répare, qui met de l’or dans ma vie.
Novah J. Hemsworth
~ adminette sadique (a)
avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 10/10/2015 ☆ MESSAGES : 363 ☆ IDENTITES : nobody.
☆ DISPO RP : LIBRE A 100%
☆ AGE : 34
☆ METIER : infirmière aux urgences et infirmière militaire, en congé maladie.
☆ LA-BAS : à l'hôpital encore et toujours.
☆ ON YOUR MIND :
"tu m'avais promis que tout irait bien."


evana.



Voir le profil de l'utilisateur http://brokenbodies.forumactif.fr/t29-trouverunnomdetitre-com http://brokenbodies.forumactif.fr/t46-trouveruntitre-com

MessageSujet: Re: Shiloh | I can't deal with this right now. I just want to go to sleep and wake up next year.   Mar 26 Juil - 21:19

Woh ton histoire est magnifique

Désolée du retard, du coup bienvenue quand même, n'hésite pas si tu as besoin, j'adore les mps (a)
Shiloh Murray
MEMBRE DU MOIS ∞ félicitations !
avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 29/06/2016 ☆ MESSAGES : 86 ☆ DISPO RP : SI PATIENT, OK
☆ AGE : 25
☆ METIER : Pas de chance pour moi, je ne suis pas la vétérinaire dont je rêvais en étant gamine. Mais.. J'ai, à mes yeux, le plus beau métier. Cavalière de reining à mon compte depuis quelques années. Avec mes chevaux et ceux de clients, bien entendu. Une belle écurie qui se garnit de très bons chevaux à mesure que le temps passe.
☆ LA-BAS : Dans cette foutue chambre qui n'est pas LA mienne .. Et dans laquelle je suis bien partie pour rester un bon moment. J'en suis ravie, vous n'imaginez même pas.
☆ ON YOUR MIND :

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shiloh | I can't deal with this right now. I just want to go to sleep and wake up next year.   Mer 27 Juil - 11:06

et oui, c'est bien triste tout ce qui lui est arrivé ... Et encore, ce n'est pas fini

Et ouais, le Natiloh (l'est très bien, ce nom de ship ) sera encore plus cutiiiie que le Shiron (même si la brune va vouloir le baffer comme pas possible au début Pauvre ex doc )

Tout à fait normal, oui

Rhan merci Novah Et ce n'est de loin pas grave pour le p'tit retard Pas de soucis, je n'hésiterai pas

_________________

    I am everything. I am anything. I am automatic.
    I am yesterday. I am everyday. I am gonna be...
    code broadsword.
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Shiloh | I can't deal with this right now. I just want to go to sleep and wake up next year.   

 
Shiloh | I can't deal with this right now. I just want to go to sleep and wake up next year.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» deal extrem batterie grande capacite + GPS
» Deal: Vol Panoramagique à - 42%
» [Hiaasen, Carl] Croco-deal
» Deal: Vol Panoramagique à - 42%
» Cablecom - Top Deal - Vitesse internet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Broken Bodies :: ADMISSION :: Medical files :: + dossiers acceptés
-
Sauter vers: