AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hey buddy, smile ❄︎ Juxander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexander J. Hallbord

avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 16/01/2017 ☆ MESSAGES : 19 ☆ DISPO RP : LIBRE A 100%
☆ METIER : Vendeur, libraire... Geek? Demandez à Wikipédia les amis

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Hey buddy, smile ❄︎ Juxander   Mer 25 Jan - 13:50

Hey buddy, smile!
Juxander
Best friends are like stars, you can’t always see them, but you know they’re always there.

Les hôpitaux, c’était pas trop le truc d’Alex. De son avis, c’est le truc de personne de toute façon, sauf des médecins, parce qu’ils s’y rendaient pour sauver des vies, et qu’ils avaient du mérite. Mais pour les autres, en général, ils s’y rendent parce qu’ils ont un truc grave, parce qu’ils se sont cassés le poignet, ou quand on a fait une connerie. Parfois les trois en même temps. C’est chaud quand même, on va jamais à l’hôpital pour une bonne nouvelle. Enfin, sauf quand il y a une naissance bien sûr. Mais là le brun ne se rendait pas au service maternité non, même s’il aurait préféré devenir parrain plutôt que ça. Enfin, dis comme ça c’était bizarre, il voyait pas du tout son meilleur pote devenir père maintenant, même si il serait excellent dans ce boulot. Quoique… Peut être un petit peu excessif sur certains trucs, mais relativement raisonnable quand même. De toute façon, il parait que devenir parent peut changer un homme alors… Même si ce n’était pas toujours le cas bien sûr, cette vérité venait bien de quelque part. Enfin, des fois on entendait pas mal de conneries, faut le dire hein. Même de plus en plus souvent, au goût d’Alex mais bon, ça c’était que son avis, et mieux valait qu’il ne s’étende pas dessus parce qu’il pouvait partir dans un discours de plusieurs heures avec des arguments en béton armé et tout le bordel. Il avait toujours vu les choses en grand, et c’était pas à cet instant que ça allait changer, bien au contraire même. Le mec têtu, c’est lui. Le mec con et borné dans ses idées, c’est lui aussi. Autant dire qu’il faut arrivé à le supporter, et que c’est pas toujours évident. Mais certaines personnes y arrivent. Comme Judi, son meilleur ami. Et pourtant, depuis le temps qu’ils se connaissent tous les deux, Judi a bien dû voir toutes les faces du caractère de merde d’Alex sans aucune exception. Enfin si, quand même quelques unes, y a certains trucs que le jeune libraire préfère garder pour lui, mais ça c’est comme tout le monde. Quoique, y a quand même un petit truc important que son pote ne sait pas. Et c’est d’ailleurs à cause de ça qu’il aime pas tellement les hôpitaux. A une époque, ça le dérangeait pas tellement que ça, quand il fallait aller à l’hôpital, il y allait, en ressortait, et basta, c’était bon quoi. Mais depuis la mort de sa soeur… Ben il avait sacrément du mal. Tout simplement parce que dix ans en arrière, il avait visité une morgue pour la première fois de sa vie alors qu’il n’avait que dix sept ans. Qu’il avait vu un cadavre pour la première fois. Sa soeur belle et bien morte, toute pâle, complètement glacée, et c’était carrément flippant. Il en faisait encore des cauchemars, dix ans après, certainement parce qu’il ignorait encore ce qu’il s’était passé cette nuit là et que ça commençait à le rendre complètement dingue. Il avait continué à vivre comme il l’avait toujours fait, mais cette histoire, elle restait toujours dans un coin de sa tête, à le faire ruminer pendant des heures sans même qu’il s’en rende compte, à le faire fouiller dans sa mémoire jusqu’à ce qu’il en ait mal au crâne. Il avait réellement l’impression que plus les jours avançaient, plus il devenait fou, et complètement parano. Pour dire, il avait peur que quelqu’un s’introduise chez lui en pleine nuit, et il avait même faillit assommer sa petite soeur à coup de batte de baseball alors qu’elle était juste venue récupérer son chat. Ça allait vachement loin quand même. Heureusement que ça restait seulement dans le cadre familial, ses crises de paranoïa. Mais il craignait tout de même que ça finisse par en sortir un jour.

Enfin bref, même s’il n’avait pas tellement envie d’y aller, Alexander s’était quand même rendu à l’hôpital. Bon dieu, Judicaël avait vraiment de la chance qu’il tenait à lui, et surtout qu’il s’inquiétait de son état de santé. Et qu’il était son meilleur ami, et son associé et… Enfin, tout ça pour dire qu’il y avait tout un tas de raisons qui l’avaient poussées à venir. En plus de ça, il n’allait pas débarquer les mains vides. Quand même. C’était bien beau d’être à l’hôpital pour se retrouver en meilleure santé, mais c’est qu’il devait pas mal se faire chier son pote quand même là bas. Et bien, Alex avait prévu le coup! BD, DVD, revues, jeux vidéos sur consoles portables, il avait prit tout ce qu’il était en capacité de porter. Et il était même en train de se dire qu’il avait peut être un tout petit peu abusé, parce que c’était pas mal lourd. Mais tant pis pour lui, il avait déjà descendue les marches de son immeuble, et il était à sa voiture là. Il avait beaucoup trop la flemme de faire demi-tour maintenant. Il pourra dire que c’est sa bonne action de la journée. Et puis, il allait pas se mettre en retard quand même. Déjà que c’était pas son genre habituellement, c’était un coup à se faire taper sur les doigts. Taper sur les doigts, oui oui, les deux amis n’en manquaient jamais une quand ils pouvaient remballer l’autre et se foutre un peu de sa tronche. C’était comme ça, ils pouvaient pas l’expliquer, c’était leur truc. Quelques fois, les gens se demandaient même s’ils étaient vraiment amis, en fait. Mais c’était un peu le moyen qu’ils avaient pour échangés leur affection l’un envers l’autre, parce que c’étaient des mecs, et même s’ils étaient aussi des geeks, du côté sentimental, leurs cerveaux fonctionnaient de la même manière que leur congénères qui portaient des coucougnettes. Bon ok, c’est vrai, parfois, ils portaient les mêmes fringues, même souvent en fait. Mais ça, c’était leur truc à eux. Ils avaient tous les deux une collection plus qu’impressionnante de t shirt à imprimés diverses et variés, et en général, ils les achetaient ensemble quand ils tombaient dessus, ou alors ils les commandaient sur internet en double pour pouvoir offrir le deuxième l’autre. D’ailleurs, c’était déjà arrivés qu’ils se retrouvent avec quatre exemplaires d’un même t shirt parce qu’ils étaient tombés sur le même. Et que la communication, ça marchait pas tout le temps. En général, quand ça arrivait, ils revendaient les t shirt dans leur magasins. Quand ils avaient le droit bien sûr, c’était pas non plus des hors la loi. Même leurs jeux, ils les payaient. Techniquement parlant. C’était quand même bien pratique d’avoir sa propre boutique, il y avait de sacré avantages.

Voiture chargée, chaussures aux pieds, Alexander n’avait pas mit très longtemps avant d’arriver sur les lieux de sa hantise la plus extrême. Sortant de son véhicule, il attrapa le sac de plusieurs petits kilos à l’arrière et entra dans le palais des horreurs. Heureusement, il n’avait pas besoin d’attendre à l’accueil que quelqu’un lui dise où il pourrait retrouver son ami, parce que ce dernier lui avait envoyé un message pour lui préciser son service, et son numéro de chambre. La cardiologie. Les médecins qui travaillaient là devaient être sacrément solides, quand même. Enfin bon, c’est pas comme si le coeur c’est l’organe le plus important du corps humain, hein. Non, pas du tout. T’as pas de coeur tu crèves bordel! Enfin, tu fais pas long feu sans cerveau non plus, mais bon. Ça devait être quelque chose de vachement chaud quand même. Oui, Alex préférait penser à ça plutôt qu’à l’odeur de désinfectant mélangé à du vomis et à tout un tas de choses pas très ragoutantes qui étaient l’odeur d’ambiance typique des hôpitaux. Ça avait le don de lui donner la nausée, et il se demandait vraiment comment des gens pouvaient travailler là dedans tous les jours. Peut être qu’au bout d’un certain temps ils finissaient par s’habituer à l’odeur et ne plus la sentir. En tout cas, il était plutôt ravit de constater que plus il se rapprochait de la chambre de son ami, plus l’odeur semblait disparaitre pour ne devenir plus qu’un murmure gustatif plutôt lointain. Arrivant à la chambre de Judi, il toqua à la porte avant d’y entrer, sans attendre spécialement de réponse de sa part. Il avait toquer par politesse on va dire, même si la politesse, avec son pote, elle était un peu abstraite, parfois. « Salut le geek! » Oui, ils se traitaient mutuellement de geek. Ce qui est tout à fait normal, faut pas s’inquiéter de ça. Arrivé à hauteur du lit de Judi, le brun y déposa son sac, tout en se laissant tombé sur le lit médicalisé. « J’espère que t’as la forme, parce que je compte bien te battre à Mario Kart avant de partir. » Ouvrant le sac, Alex en sortit une console qu’il tendait à son meilleur ami. « J’t’ai aussi ramené pleins de trucs, au cas où tu t’ennuis de trop. Et les potos te passent le bonjour au fait! » Est-ce qu’il en avait fait de trop? Ouais, certainement. Mais c’était pas souvent qu’il avait une excuse pour s’occuper un peu de son meilleur ami alors… Ben quand il le pouvait il le faisait quoi. Même s’il l’assumerait jamais et qu’il dirait qu’il lui avait ramené tout ça parce qu’il avait pas envie de se faire tuer en lui spoliant la dernière BD de The Walking Dead. Mais bon, c’est l’intention qui compte quoi!
Made by Neon Demon

_________________
and now we are alive
je t'ai cherchée partout, même ailleurs. je t'ai trouvée, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part. @marclévy ≈ vous revoir › © alaska.

Judicaël Sawyer

avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 27/12/2016 ☆ MESSAGES : 39 ☆ IDENTITES : Nathanaël, le prêtre sexy
☆ METIER : Co-propriétaire d'une boutique, dans laquelle j'y suis vendeur/libraire, si on peut dire. (boutique de "geek", pour faire bref).

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hey buddy, smile ❄︎ Juxander   Mar 28 Mar - 22:00

Alexander ∞ Judicaël
L'amitié est un lien fraternel, et, dans son sens le plus élevé, elle est le plus bel idéal de la fraternité. C'est un accord suprême de deux ou de trois âmes, jamais d'un bien grand nombre, qui se sont devenues nécessaires l'une à l'autre, qui ont trouvé l'une dans l'autre une parfaite disposition à s'entendre, à s'entraider et à s'encourager au bien. (Citation de Silvio Pellico)


Mardi 18 Octobre 2016

L’hôpital, c’est chiant. Bah ouais, le wifi est pourri ! Comment ça, ça n’est pas le but 1er d’un tel lieu ? Oui, bah, je sais, mais quand on doit y rester plus ou moins longtemps, c’est essentiel, pour s’occuper un peu. Heureusement que j’ai mon PC avec moi. Pas moyen de faire des jeux en ligne (ce qui est difficile quand on en fait assez régulièrement comme moi), ni de regarder des films/séries en streaming. Cela dit, j’ai, bien entendu, des films et séries sur mon ordi, vous vous en doutez bien ! Néanmoins, j’en ai déjà vu la plupart, donc…. Et oui, je les garde parce que je les aime bien, pas par plaisir de prendre de la place inutilement ! Même si, tout ce que j’aime, je l’ai également en DVD. J’ai une légèrement tendance à collectionner pas mal de choses, je le crains (mais j’en suis fier, de toute façon !).

Pour l’heure, je tente de passer le temps en me replongeant dans de vieux épisodes de Fly (Dragon Quest : dai no daiboken), soit un des mangas qui a bercé mon enfance. Je préfère la version papier, comme bien souvent, mais je n’ai pas les 37 tomes ici. Ils sont chez moi, par contre. Bien entendu, même ! C’est un classique, après tout ! Comme à chaque fois que je regarde un film, une série ou un dessin animé dans une autre langue que la mienne, je regarde ça en VO. Avec des sous-titres, bien entendu. J’ai commencé à apprendre le japonais, il y a quelques mois, mais j’ai encore des lacunes pour suivre sans filet de sécurité. Et puis, les voix originales sont bien plus cohérentes que celles qu’ils ont tenté de nous coller. (Mais cette remarque, je peux la faire à propos de tout ce que je regarde ! Ce qui a parfois tendance à taper sur le système d’Alex, car ça me fait bien souvent ronchonner, en plein milieu d’un visionnage, si on se mate un truc ensemble, pas en VO. Est-ce de ma faute si les traductions sont tellement mal faites que je ne vois que les incohérences, au niveau du mouvement des lèvres, par rapport aux soi-disant paroles ? J’ai pas demandé à être aussi chiant ! Bon, OK, j’accentue parfois le trait avec Alex, mais évitez de lui répéter ! J’aime bien le faire râler, c’est bon pour sa santé ! Oui, je suis adorable avec mon meilleur pote, je sais, pas besoin de me le dire). Happé par ce qui se passe sur mon écran, je ne vois pas mon inséparable comparse faire son entrée dans ma chambre. « Salut le geek! » C’est en entendant sa voix que je suis extirpé de mon épisode (presque aussi violement que le coup que vient de se prendre le héros, lors de son énième combat.). Je jette un bref regard à mon coloc’ pour le saluer à mon tour, d’un simple : « Le plus geek de nous deux, c’est visiblement toi hein ! ». Petite phrase évoquant sa tenue, montrant, par certains aspects, sa passion pour divers univers (plus ou moins connu, suivant le niveau de culture des gens). La mienne est, pour une fois, plus neutre. Du moins, en apparence. Car si mon jean et mon t-shirt sont neutres, ça n’est pas le cas de mes chaussettes, qui sont à l’effigie de Saint Seiya. Mais encore faut-il voir mes chaussettes ! Je coupe mon PC, tandis qu’Alex s’approche, déposant son énorme sac sur le lit. « J’espère que t’as la forme, parce que je compte bien te battre à Mario Kart avant de partir. ». J’esquisse un léger sourire en le voyant ouvrir le sac, et me tendre une console. Bon sang, j’avais presque oublié à quoi ça ressemblait ! (Comment ça, j’exagère ? Mais non, à peine ! Hey, j’ai pas l’habitude de rester des heures entières sans geeker, d’une façon ou d’une autre, de manière correcte !) « J’te botte le cul ou tu veux, quand tu veux, à n’importe quel jeu ! », me réécriais-je, défendant – prétendument – mon honneur blessé par sa mise en garde. Pas besoin de nous le dire : on est de véritables gamins ! Et on le sait. Soyez rassurés. Ou effrayés, ça dépend comment vous voulez prendre les choses ! On l’assume parfaitement, de toute façon ! On l’a toujours été, et je crains qu’on le soit toujours ! Je l’espère bien, du moins ! Je nous aime bien comme ça, moi ! Bon, parfois, du coup, je flippe, quand je vois des clientes tenter de faire les yeux doux à Alex. Non parce que je veux qu’on me regarde comme ça (c’est pas mon délire d’être regardé comme un bout de viande !), ni parce que j’éprouve un quelconque désir inavouable pour mon meilleur pote. Non, il se trouve juste que je crains qu’une nana ne vienne à bouleverser notre petite routine, à tel point qu’on finira par ne plus être coloc (ce qui serait bizarre ! Ok, on a tous deux notre appart’, mais on habite en face l’un de l’autre, on a juste à traverser le couloir pour retrouver l’autre !). On bosserait toujours ensemble, mais ça ne sera pas pareil. Là, depuis quelques années, on est presque tout le temps ensemble. Ou du moins, pas loin l’un de l’autre, quand on est chacun chez nous. J’ai pas peur que ça ne mette à mal notre amitié : il faudra bien plus qu’une fille pour cela, mais ça ne sera pas pareil. Il faut que vous compreniez bien un truc : Alex est plus qu’un pote pour moi. Il est comme un frère. Enfin, comme j’estime que devrait l’être un frère, dans une famille normale. Donc, pas dans la mienne. Car mon frère de sang, je ne le connais presque pas, donc, bon, je ne peux qu’extrapoler ! « J’t’ai aussi ramené pleins de trucs, au cas où tu t’ennuis de trop. Et les potos te passent le bonjour au fait! ». Il ne m’en faut pas plus pour que j’ai un grand sourire sur les lèvres. Ca fait plaisir à entendre, tout ça. Aussi bien le fait d’avoir des réserves d’occupations (soigneusement sélectionnées par Alex, je n’en doute pas !), que d’avoir un petit mot des autres. Dans le fond, je ne suis guère habitué à ce qu’on se soucie de moi, exception faite de ma famille paternelle, du moins. « Tu gères ! », dis-je, en farfouillant dans ce qu’il m’a amené. Pire qu’un gosse qui découvre ses cadeaux d’anniversaire. J’assume. « Tu le leur renverras, s’te-plaît ! », ajouté-je, en me faisant la réflexion que je sais déjà ce que je vais regarder ce soir : Matrix. Un film culte, l’un de mes fétiches, qu’il a pensé à ramener.

Tout en étalant ce qu’il m’a amené, autour de moi, je l’interroge : « Alors, tu t’sens pas trop seul, sans moi ? ». Vous l’entendez, vous aussi, planer, le p’tit « pour t’emmerder ? ». Parce qu’il est là. Même s’il faut reconnaître que c’est de l’emmerdement réciproque : Alex n’est pas en reste, de ce côté-là ! Oui, je sais : deux grands gamins ! On ne change pas une équipe qui gagne, d’abord ! « Oh, au fait : navré de te décevoir, mais l’infirmière qui te plaisait pas mal la dernière fois, elle est en vacances pour l’instant, donc, tu la verras pas ! ». Etant obligé de venir assez régulièrement ici, même si je n’y séjourne pas forcément, Alex vient donc également me visiter, de temps à autre. Et une des infirmières lui avaient tapé dans l’œil (et réciproquement, il me semble), la dernière fois. Alors, vous vous doutez bien que l’une des 1ères choses que j’ai faites en arrivant ici, ça a été de savoir si elle était là aussi. Bah ouais, ça sert à ça, les potes. Nan ? Ah bon, au temps pour moi ! OK, j’avoue : je tente surtout de « distraire » Alex. Je sais qu’il n’est pas vraiment à l’aise dans les hôpitaux. J’ignore ce qui le dérange autant que cela, mais je n’ai pas non plus chercher à le découvrir. Ca ne me concerne pas. S’il veut en parler, il le fait. Sinon, je pars simplement du postulat que ça doit être la même raison que pour la majorité des gens : pour tout ce que ça englobe, pour les raisons qui font que l’on s’y rend, en général. Mais bon, je n’ai pas encore rencontré qui que ce soit qui aime les hôpitaux. A part peut-être Noah, une étudiante de 19 ans que j’ai rencontré un peu plus tôt, et avec qui j’ai brièvement parlé.

code by Silver Lungs

_________________
I see dead people.
You have to consider the possibility that God does not like you. He never wanted you. In all probability, he hates you. This is not the worst thing that can happen. We don't need Him. Fuck damnation, man, fuck redemption! If we are God's unwanted children, so be it!
Alexander J. Hallbord

avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 16/01/2017 ☆ MESSAGES : 19 ☆ DISPO RP : LIBRE A 100%
☆ METIER : Vendeur, libraire... Geek? Demandez à Wikipédia les amis

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hey buddy, smile ❄︎ Juxander   Ven 7 Avr - 14:36

Hey buddy, smile!
Juxander
Best friends are like stars, you can’t always see them, but you know they’re always there.

Alex s’ennuyait de Judi. Non non, il n’avait pas honte de le dire, son ami lui manquait. Il faut dire aussi qu’habituellement, ils se voyaient tous les jours, et genre tout le temps. Déjà, ils vivaient en face l’un de l’autre, et il n’était pas rare que l’un débarque sans prévenir chez l’autre pour jouer à un jeu, ou même juste discuter, voir pour savoir quel t shirt allait enfiler son voisin pour qu’ils soient accordés. Ouais, de ce côté là, on pouvait le dire, ils étaient de véritables nanas, c’est pas faux. Et ils l’assumaient, c’était certainement ça le pire. Mais avant d’être des nanas qui s’ignoraient, ils étaient aussi de véritables geek. Du genre à jouer pratiquement tout le temps, et à faire des mises en scènes débiles avec leur figurines et les premiers trucs qui leur tombaient sous la main. Le pire dans tout ça, c’est qu’ils étaient doués. Et qu’ils s’éclataient comme des gosses pendant des heures à faire un truc totalement con, et inutile. Il ne leur fallait pas grand chose pour passer le temps. Ah, et puis, ils tenaient aussi cette boutique ensemble. Ils allaient au travail en duo, tel un couple dans son quotidien répétitif, mais qui ne s’en ennuyait jamais. Et maintenant c’était Alex qui s’ennuyait. Il se doutait bien que son pote aussi devait pas mal se faire chier à l’hôpital à regarder ses séries et ses films en boucle parce qu’il n’avait rien de mieux à faire. Et en sachant ça, il ne devrait même pas avoir à se plaindre au final. Après tout, lui, il avait la wifi, tous les jeux qu’il voulait à sa disposition, sans parler des BD et diverses petites distractions qui alimentaient son quotidien sans qu’il n’ait à faire le moindre petit effort. Mais la brun était né pour se plaindre, alors il en râlait, tout le temps. Ok, il avait tout ce qu’il voulait, mais s’il ne pouvait pas le partager avec son meilleur ami, ça ne servait pas à grand chose. Après tout, elle était là, l’éclate. Quand on joue tout seul dans sa chambre comme un ermite, il n’y a aucune surprise dans le jeu, rien du tout, c’est monotone, et complètement prévisible. Quand on joue avec son meilleur ami, on sait qu’on doit s’attendre à à peu près tout et n’importe quoi. Même à une petite danse improvisée en tutu. Enfin, si le jeu le permettait.

Un autre truc qui le faisait bien chier, c’était de devoir se rendre à l’hôpital pour voir son pote. Les hôpitaux, Alexander détestait ça, et depuis quelques nombreuses années maintenant. Moins il s’y rendait, mieux il se portait. En fait, même s’il se blessait et qu’il devait avoir des points de suture ou une connerie dans le genre, il refuserait de s’y rendre. Quitte à se vider de son sang, oui. Il était complètement taré c’est vrai, mais quand on aime pas un truc, ça peut aller loin. Et lui, il avait une bonne raison de ne pas aimer ce genre d’endroit. La dernière fois qu’il s’y était rendu, c’était de loin le pire souvenir de sa vie. Sa soeur en était morte, et ça, il ne l’oublierait certainement jamais. C’était un souvenir qui restait graver dans sa mémoire et qui lui donnait encore des cauchemars et des sueurs froides. Alors qu’au final, il ne se rappelait même pas de tout ce qu’il s’était passé cette nuit là. Quelle ironie. Cauchemarder d’une chose dont on ne se souvenait même pas. Au final, il aurait préféré s’en rappeler, vraiment. Déjà parce qu’il n’aurait pas ce doute en lui d’avoir tué sa propre soeur, mais aussi parce que ça lui permettrait d’arrêter de s’imaginer le pire des scénarios presque à chaque nuit. Même avec les années, c’était une chose qui ne passait pas. Cette culpabilité qui le rongeait allait finir par le bouffer, véritablement. Il essayait de donner le change, de faire comme si tout allait bien devant tout le monde, même devant son meilleur ami. Et visiblement ça marchait, mais c’était quand même assez… Lourd, comme secret à porter. Peut être qu’il devrait aller se confesser. La bonne blague, lui qui n’avait jamais été croyant. Mais bon, là ce n’était pas vraiment le moment de penser à tout ça. Peut être que la présence de son meilleur ami lui permettrait de ne plus penser à l’endroit où il se trouvait. Du moins il l’espérait. Et puis au pire, il ferait bien comme si tout allait bien, comme toujours. Et c’était d’ailleurs ce qu’il avait fait en entrant dans la pièce de son éternel collègue, le saluant comme à l’accoutumé, avec le sourire, et le petit adjectif qui lui allait bien. Et il avait bien fait de faire ça, parce que visiblement, Judi était plongé dans un épisode, d’un animé qu’il avait certainement déjà vus, et qu’ils avaient peut être même regardés ensemble. Alex aurait bien sortit une blague là dessus d’ailleurs, une petite pique amicale comme quoi son meilleur pote n’arrivait pas à se passer de lui, et il l’aurait certainement fait si son ami n’avait pas répondu à sa salutation. Pour une fois, il était un peu trop rapide pour lui. « J’vois pas de quoi tu parles, j’ai même pas mes lunettes sur le nez! » Bien sûr, il plaisantait, comme toujours quand le mot geek entrait dans une conversation. Il aimait bien se dénigrer quelques fois, c’est vrai, et reprendre un peu ce cliché éternel du garçon à lunettes scotché à son écran à longueur de journée. Alors qu’en réalité, ce n’était vraiment pas le cas. Oui, il jouait, énormément, il était au courant de toutes les évolutions technologiques et des jeux qui sortaient. Mais il n’était pas tout le temps fourré dernière son écran, il sortait, comme tous les jeunes de son âge, il profitait de la vie. Et à une époque, il rentrait même complètement bourré de certaines soirées. Ce n’était plus le cas maintenant, étant donné qu’il ne touchait plus à l’alcool depuis cette fameuse soirée, mais en même temps, avec les circonstances, ça se comprenait. Alors que son meilleur ami baissait l’écran de son ordi, Alexander avait déposer le sac qu’il avait rapporté avec lui sur le lit. Il fallait bien qu’il prenne soin de Judi à sa manière, après tout, et lui rapporter de quoi s’occuper, avec son petit commentaire habituel, c’était bien ce qu’il pouvait faire de mieux. « C’est ça ouais, dans tes plus beaux rêves! » Gamins, eux? Mais non, pas du tout! ils aimaient juste se taquiner, et se battre mutuellement à n’importe quel jeu. Le pire, c’est qu’il n’y en avait jamais un qui était meilleur que l’autre. Parce qu’ils ne gagnaient pas tout le temps, donc du coup, ils étaient à égalité, très souvent. Voir tout le temps en fait. Les départager, quand on prenait en compte toutes les parties qu’ils avaient put faire, c’était totalement impossible, en fait.

Donner le sourire à son pote, ça aussi c’était son boulot, et comme toujours, Alex y arrivait à merveille, de quoi déclenché une énorme fierté chez lui. Oui, il ne lui fallait pas grand chose, c’est bien vrai. Et c’était ça qui était cool, dans leur amitié. Ils arrivaient facilement à se faire plaisir mutuellement, et faire plaisir à l’un donnait toujours le sourire à l’autre. C’était bien le genre d’amitié qu’on pouvait qualifié d’indestructible, c’est vrai. Mais même si Alex avait conscience de ça, il cachait quand même toujours cette chose à Judi. Pas qu’il doutait de l’amitié de son pote, loin de là, bien au contraire. Mais sérieusement, lui dire qu’il était peut être responsable de la mort de sa soeur… Il avait pas vraiment envie de tenter le risque. Et c’était bien le seul secret qu’il avait gardé pour lui, en espérant que son pote n’aurait jamais à le découvrir. Jusque là, ça avait plutôt bien marché, et il espérait que ça allait continuer. « C’est presque comme si c’était fait! » Et en fait, c’était même déjà fait, pour être tout à fait honnête. C’était bien le genre de truc que le brun pouvait prévoir sans avoir l’aval de son ami. Quand on connait bien une personne, après tout, on peut bien se permettre de parler à sa place, surtout sur une chose aussi banale que des salutations à distance. A la question de Judi, Alex se fendit d’un léger sourire. « Tu rigoles, c’est l’éclate sans toi, j’peux faire tout ce que je veux sans t’avoir sur le dos! » Bien sûr, il plaisantait. A des moments, il se faisait bien chier tout seul, et même souvent. Mais il n’allait quand même pas le lui avouer. De toute façon, Judi devait bien s’en douter, sinon il n’aurait jamais posé cette question. Puis de base, ça partait de l’intention de le faire chier, voir de le mettre mal à l’aise alors, il pouvait bien lui rendre la pareille. « Sérieux? dommage, je comptais lui proposer d’aller boire un verre… Ben tant pis, j’irais boire mon soda tout seul comme un pauvre désespéré. » L’auto-dérision, c’était cool, de temps en temps, mais pas trop souvent quand même. Enfin, Alex était bien triste de ne pas pouvoir croiser à nouveau cette jolie infirmière. Qui en plus paraissait gentille, et intelligente. Et jolie. Les trois à la fois, c’était un véritable miracle, il faut le dire. Bon après, il doutait qu’elle ait une culture geek ultra développée, surtout avec le boulot qu’elle faisait, elle ne devait pas avoir vraiment le temps. Mais Alex se serait fait un plaisir de lui faire découvrir ça. Mais bon, ce serait pour plus tard. « D’ailleurs, en parlant de jolie fille… Elina n’arrête pas de se plaindre de toi ç’en est fatiguant. » Bien sûr, il plaisantait. Enfin à moitié. Il savait très bien que son meilleur pote l’aimait plus que bien cette fille. Et elle aussi, elle semblait pas mal l’apprécier. Puis elle lui demandait souvent des nouvelles, dès qu’ils se croisaient en ligne. Après peut être qu’il se faisait des idées, il savait pas trop. Peut être qu’elle s’inquiétait juste pour lui en temps qu’amie, mais franchement, il en doutait. Beaucoup.
Made by Neon Demon

_________________
and now we are alive
je t'ai cherchée partout, même ailleurs. je t'ai trouvée, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part. @marclévy ≈ vous revoir › © alaska.

Judicaël Sawyer

avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 27/12/2016 ☆ MESSAGES : 39 ☆ IDENTITES : Nathanaël, le prêtre sexy
☆ METIER : Co-propriétaire d'une boutique, dans laquelle j'y suis vendeur/libraire, si on peut dire. (boutique de "geek", pour faire bref).

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hey buddy, smile ❄︎ Juxander   Ven 19 Mai - 18:58

Alexander ∞ Judicaël
L'amitié est un lien fraternel, et, dans son sens le plus élevé, elle est le plus bel idéal de la fraternité. C'est un accord suprême de deux ou de trois âmes, jamais d'un bien grand nombre, qui se sont devenues nécessaires l'une à l'autre, qui ont trouvé l'une dans l'autre une parfaite disposition à s'entendre, à s'entraider et à s'encourager au bien. (Citation de Silvio Pellico)


Mardi 18 Octobre 2016

C’est devenu presque habituel pour moi, d’être à l’hôpital. Des visites de routine, j’en ai fait plus que la moitié des gens que je connais, à cause de ma maladie. Néanmoins, cette fois, c’est encore différent : je n’aurais pas dû être là ! Ca n’augure rien de bon : mon cœur s’essouffle de plus en plus, je le sais bien. La greffe devient de plus en plus urgente, j’en ai bien conscience. Je ne suis pas sans ignorer qu’à l’avenir, je risque de devoir me rendre plus souvent qu’à l’accoutumée à l’hôpital. Il m’est impossible de dire que ça m’effraie, car je vis avec cette éventualité depuis tellement d’années à présent que je me suis fait une raison. Ca m’énerve d’être malade, je trouve cela des plus injuste, d’autant plus que si mes parents avaient été plus matures que cela, ma maladie n’en serait pas à ce point-là. Mais la colère ne guérit pas les malades, qu’elle soit dirigée contre des parents irresponsables, ou un univers trop cruel. C’est juste une belle perte de temps. Sauf que le temps, quand on est dans mon cas, s’avère être compté, de manière bien plus « forte » que pour d’autres individus. J’ai appris à vivre avec, à présent. Sans pour être résigné pour autant, tout de même ! Disons juste que je préfère vivre au jour le jour, que me dire que je peux mourir demain, ou avoir une greffe la semaine prochaine. Vivre dans un pessimiste me voyant mourir incessamment sous peu, ou dans un optimiste lié à l’espérance qu’une autre personne meurt pour que j’ai un nouveau cœur ? Très peu pour moi ! Se résigner, voici bien la seule solution que j’ai trouvé, pour tenter d’avoir une vie à peu près normale, même pour quelqu’un qui sort peu de chez lui, et qui est, pour les incultes, le cliché même du geek (ce que je vis parfaitement bien !) Toutefois, ça me dérange d’imposer ça à mes proches, et plus encore à Alexander. Et ce, dans le sens où il vient me rendre visite à chaque fois que je suis ici. J’aime à croire que c’est un comportement qu’adopterait n’importe quel ami, mais j’ai entendu de sacrées histoires, en côtoyant souvent des malades. Elles ne m’ont pas beaucoup étonné, vu mon passé avec mes parents, mais je ne m’attendais pas à ça, pour des liens qu’on s’est choisi, et non ceux avec lesquels on est nés. Des histoires d’amitié ou encore d’amour, qui ont tournées court, à cause de la maladie, c’est monnaie courante, malheureusement ! Et ça ne cesse de me faire prendre conscience de la chance que j’ai, que d’avoir un meilleur ami tel que lui, qui, en dépit des imprévus et emmerdes que peuvent gérer ma maladie, reste mon pote malgré tout. Même quand ma maladie nous empêche de faire des petites sorties – parmi les rares qu’on se prépare réellement, étant donné que je sors pas des masses ! – il ne m’en a pas tenu rigueur. Il aurait pu : j’ai déjà vu des situations similaires, qui se sont terminées par une amitié, plus ou moins longue, brisée ! Alors, très sincèrement, je suis conscient de la chance que j’ai d’avoir un meilleur pote aussi conciliant et compréhensif qu’Alexander. Même s’il nous arrive de nous prendre la tête, comme des gosses, pour de grosses conneries, et de régler souvent nos conflits par des duels à la console. Même si le fait d’avoir deux appartements aussi proches l’un de l’autre, au point d’être comme des coloc’ plus que comme des voisins (en même temps, y’a que nous, au-dessus de la librairie !), s’avère parfois compliqué, quand l’un de nous deux ramène une nana chez lui, et que l’autre vient débarquer à l’improviste (souvent pour trois fois rien, en plus de ça !). On pourrait croire que d’avoir grandi dans un monde où on voit aussi bien le meilleur que le pire de l’homme, ça m’a rendu soit trop optimiste, soit trop pessimiste, mais il n’en est rien. Je ne suis pas excessivement optimiste, ni trop pessimiste. Je sais juste sur qui je peux compter ou non. Ma famille : on oublie ! Alex : lui, par contre, il est toujours là pour moi. Et c’est comme ça depuis qu’on se connaît, et je pense que ça restera comme ça jusqu’à la fin. Voilà tout. Ca peut paraître assez étonnant de se dire qu’on est aussi proches que cela, quand on voit les deux débiles que nous sommes, occupés à se charrier de la sorte, à la moindre occasion. Mais ça a toujours été comme ça entre nous. Et c’est plutôt quand on est trop sérieux, qu’il faut se poser des questions. Donc, là, voir qu’on se taquine pour savoir qui est le plus geek de nous deux, c’est normal. « J’vois pas de quoi tu parles, j’ai même pas mes lunettes sur le nez! » Je me contente d’avoir un petit sourire en coin, en désignant du doigt son t-shirt, puis son sac, duquel on voit 2-3 trucs dépasser. Bien entendu, je ne vais pas entrer dans le débat de la différence existante entre un geek, un nerd ou un nolife, étant donné que pour la plupart des gens, un geek est un mélange de tout cela. Ca peut, mais pas forcément. Bien que, entre Alex et moi, j’avoue que j’ai sans doute un peu du nerd, dérapant parfois vers le nolife, étant donné mon côté solitaire. En dehors de mon boulot, je ne fais presque jamais face à d’autres personnes, à part par écran interposé, du moins. Alex sort largement plus souvent que moi. Donc, en un sens, clairement : dans le sens commun du terme, je suis bien plus geek que lui. Mais je le vis parfaitement bien ! Est-ce de ma faute si je n’aime pas les gens ? Est-ce aussi de ma faute si je sais que je suis bien plus doué qu’Alex à la console ? (Bon, laissez-moi rêver un peu ! Je sais qu’il n’en est rien, qu’on est souvent aux coudes à coudes, j’aime juste fanfaronner, par moments !) « C’est ça ouais, dans tes plus beaux rêves! » Oh, mais c’est qu’il est susceptible, Alex, d’entendre la vérité (oui, je sais, je divague, mais j’ai le droit, je suis malade !). « Tu t’inclineras devant ma suprématie incontestable, un jour, tu verras ! ». Je tente de paraître très sûr de moi, mais j’ai toujours été un piètre acteur. Et comment paraître confiant en ses talents, lorsque, comme moi, on manque de confiance en soi ? Si certains parviennent à donner le change, ça n'est pas mon cas, loin de là ! Mais ça aussi, je le vis bien : j’ai appris à faire avec (ou sans !), depuis le temps !

Bien entendu, la conversation reste dans le domaine du geek : Alex fini par me parler de notre petite bande de potes, virtuelles. C’est sans doute bien pour cela que je les apprécie autant : car je ne les connais pas, en vrai. C’est bien plus pratique, pour parler. Mais, très sincèrement, ne me demandez pas d’aller les voir en vrai, par contre. Ca ne serait pas pareil, et, j’avoue que je n’en ai pas forcément envie. C’est sans doute par peur, que j’agis comme ça, ou juste parce que j’ai pas forcément le besoin d’avoir d’autres amis, qu’Alex me suffit amplement : allez savoir ? « C’est presque comme si c’était fait! » En même temps, pour ça, Alex n’avait pas besoin de mon feu vert. C’est pas comme si je comptais ne pas leur renvoyer leur salut, aux autres, quand même ! Je sais que je suis sans doute un peu hors-normes, quant aux conventions sociales, mais la politesse de base, je l’ai intégrée, tout de même ! Il faudrait que je tente de leur envoyer un petit mot, d’ici à avant mon retour, quand même, histoire de les rassurer. D’autant plus qu’on avait prévu de se retrouver – virtuellement – prochainement, alors ils doivent se poser des questions. A leur place, je m’en poserais, sans doute. Pas forcément aussi tôt, par contre, car il me faut avouer, par rapport aux gens, j’arrive à avoir un certain détachement, hormis concernant Alex. Mais les autres, par contre, il me faut un peu plus de temps pour m’inquiéter de ce qui leur arrive. « Tu rigoles, c’est l’éclate sans toi, j’peux faire tout ce que je veux sans t’avoir sur le dos! » Un petit rire m’échappe, alors que je me plais à ajouter un petit : « Ouais, genre, comme te balader à poil dans le couloir ! », est ainsi l’hypothèse que je m’amuse à avancer, évoquant un possible délire d’Alex, se baladant, dans le plus simple appareil, dans le couloir, entre nos appartement respectifs. « Ou mettre la musique à fond, 24h/24 ! ». Encore une grosse connerie. Car je ne suis pas le genre de voisin chiant, à emmerder l’autre, s’il veut mettre la musique ou la télé ou la console fort, même durant la nuit. Bon, il ne faut pas non plus abuser de ça, mais Alex n’est pas du genre à déconner, à ce niveau-là, donc, je n’ai clairement pas à me plaindre ! Comme je m’amuse à le vanner sur ses manies à draguer certaines nanas, dès que possible. Je ne le blâme pas : après tout, on ne vit qu’une seule fois, et on est jeunes, en plus de ça, alors je ne vais certainement pas l’empêcher de vivre sa vie, en mode vieux con ! Ca m’amuse, au contraire, même si je suis moins dragueur que lui. « Sérieux? dommage, je comptais lui proposer d’aller boire un verre… Ben tant pis, j’irais boire mon soda tout seul comme un pauvre désespéré. », feint-il de se plaindre. Ce qui m’arrache un nouveau sourire, alors que je lui rétorque un beau : « Que ça devienne pas une habitude, de sortir en solo, tu vas finir vieux gars, avec des robots à la place des chats ! ». Ouais, la version geek du vieux célibataire, quoi ! Bien que je ne pense pas du tout que mon pote risque réellement de finir célibataire : il est loin d’être con, il est pas super chiant, et y’a plus laid que lui, nan ? (Bon, pitié, n’allez pas vous imaginer un délire quelconque d’une amitié trouble à l’homosexualité sous-jacente hein ! On peut être réaliste sur l’apparence physique d’un autre mec, et être 100% hétéro : arrêtez avec vos délires issus des mangas où les mecs sont tous des gays, s’il-vous-plaît ! Je supporte assez ça, dans la libraire, de la part de certaines clientes, merci bien !). Mais en parlant de personnes qui se font des films…. : « D’ailleurs, en parlant de jolie fille… Elina n’arrête pas de se plaindre de toi ç’en est fatiguant. ». Alex s’en fait un paquet. Mais ça me passe au-dessus de la tête, pour la simple et bonne raison que j’ai parfois du mal à décrypter les sous-entendus des gens, surtout quand, à mes yeux, il n’y a rien. Et là, il n’y a rien. Déjà, je ne sais pas du tout à quoi ressemble Eli, donc, comment pourrais-je savoir si elle est jolie ou non ? Et puis, dans mon imagination, Eli est déjà cassée, ou en passe de l’être. Du moins, je ne l’ai jamais vu comme une possible conquête. Surtout parce que je n’aime pas trop l’idée de mélanger la vie virtuelle à la vie réelle. Sinon, oui, je l’aime bien. J’aime bien parler avec elle. Mais j’aime bien parler avec le reste de la bande. Alors, peut-être que je m’entends un peu mieux avec elle, oui, c’est sans doute même certainement le cas. Mais, honnêtement, je n’en ai pas conscience. Et ça ne vient pas d’une quelconque volonté de me voiler la face, mais uniquement parce que, comme je l’ai dit tout à l’heure, les émotions humaines ne sont un peu plus compliquées à appréhender que la norme… C’est donc pour toutes ces raisons que c’est avec un naturel déconcertant, quasi-enfantin, que je rétorque : « Elle doit surtout en avoir marre parce qu’on avait des trucs de prévus, avec les autres, et que mon absence repousse tout ça ! ». C’est ça, d’avoir des imprévus. Et d’avoir du mal à comprendre ce que nos potes veulent nous faire passer, comme message. Cela dit, il y a bien une chose que j’ai entendu, mais plus que mal interprété, vu ma question suivante : « D’où tu sais qu’Eli est jolie ? T’as réussi à la convaincre de te montrer à quoi elle ressemblait ? ». Ce qui ne m’étonnerait qu’à moitié ! Il a réussi à savoir à quoi ressemblait la plupart des nanas avec qui il a noué le contact, virtuellement, donc…. Et non, dans ma voix, il n’y a pas une once de jalousie : pourquoi y’en aurait-il ? Eli n’est qu’une connaissance virtuelle, pour moi, je vous le rappelle ! « Si t’es sur Eli, faudra me le dire, que je tente pas de te choper le numéro de l’infirmière ! ». Car je ne sais pas du tout si elle sera là, la prochaine fois où il pourra venir. Si tant est que mon séjour ait à se prolonger encore un petit moment ! Et oui, moi, je veux le caser, mon pote ! Non, en fait, c’est même pas vrai, c’est juste que ça ne me dérange pas, de l’aider à draguer, si cela m’est possible. Faut bien s’entraider, entre potes, après tout, non ? Même s’il n’a pas besoin de moi pour ça ! Il est bien plus doué que moi, ç ce niveau-là, il m’a d’ailleurs appris quelques techniques. Techniques que je n’arrive pas forcément à employer aussi efficacement que lui, mais qu’importe : je me débrouille pas trop mal, malgré tout !

code by Silver Lungs

_________________
I see dead people.
You have to consider the possibility that God does not like you. He never wanted you. In all probability, he hates you. This is not the worst thing that can happen. We don't need Him. Fuck damnation, man, fuck redemption! If we are God's unwanted children, so be it!
Alexander J. Hallbord

avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 16/01/2017 ☆ MESSAGES : 19 ☆ DISPO RP : LIBRE A 100%
☆ METIER : Vendeur, libraire... Geek? Demandez à Wikipédia les amis

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hey buddy, smile ❄︎ Juxander   Sam 27 Mai - 16:09

Hey buddy, smile!
Juxander
Best friends are like stars, you can’t always see them, but you know they’re always there.

Alexander n’avait pas beaucoup d’amis. En même temps, ce n’était pas vraiment quelque chose de bien étonnant. Il faut dire ce qui est: il est chiant. Déjà rien que ça, en général, les nanas, elles aimaient pas tellement. En plus d’être chiant, il était considéré comme un geek, et ça non plus, les filles, ça n’avait pas tellement l’air de leur plaire. Pourtant il était mignon, ça il n’y avait rien à dire, c’était un beau garçon. Et oui, c’est vrai, en soirée, il en profitait. Et même au quotidien en fait. Ça devait certainement être en grande partie à cause de ça qu’il n’était pas encore casé. Ou alors parce qu’il était très mystérieux. Il n’aimait pas tellement parler de lui, et surtout de son passé. Genre, de la mort de sa soeur. C’était un sujet qu’il évitait tout le temps, et du coup, il ne parlait même pas de sa famille en général. Il parlait surtout de ses potes. Et particulièrement de Judi, qu’il considérait comme étant son frère, même s’il ne l’était pas vraiment. En fait, Judi était la seule chose de positive qu’il pouvait bien avoir dans sa vie, en plus de la boutique. Ils avaient toujours été là l’un pour l’autre, même si en général, quand Alex avait des problèmes, il les gardait pour lui. Et pour cause, en général, ses problèmes n’étaient pas des petits. Enfin, sauf quand il se retrouvait avec une nana en colère devant lui, ça c’était une autre histoire encore. Mais les gros trucs, vraiment ses gros problèmes, même ceux qui lui pesaient encore sur la conscience, il n’en parlait même pas à son meilleur ami. vous vous rendez pas compte, il est déjà malade du coeur, si la brun lui racontait ça, c’était la crise cardiaque assurée! Non, en vérité, ce qui lui faisait peur, ce n’était pas de provoquer une crise cardiaque à son meilleur ami -même si ça jouait quand même pas mal-, c’était surtout le fait, qu’avec une révélation pareille, il risquait de le perdre. Sérieusement, qui resterait pote avec quelqu’un qui avait potentiellement tué sa soeur? A part les barges, et les vrais barges hein… Ben personne. Voilà, la question était réglée. donc il gardait le secret. Avec sa maman. Sa maman qu’il passait voir régulièrement pour prendre des nouvelles, avec qui il prenait le temps de boire un café. Il se rendait bien compte de la chance qu’il avait de l’avoir encore à ses côtés, et surtout, qu’elle lui soit aussi dévouée. Au point de mentir à la police pour le protéger. Il ne la remercierait jamais assez pour tout ce qu’elle avait put faire pour elle, alors la moindre des choses pour lui, c’était tout de même d’essayer de lui rendre la pareille.Qu’elle le veuille ou non d’ailleurs, parce que le fait d’être têtu, ce n’était pas de son père qu’il le tenait ça, croyez moi.

Le fait d’être légèrement idiot par contre, c’était peut être bien de son père. Et de faire le débile assez souvent aussi. Comme maintenant. Ou comme à chaque fois qu’il était en présence de son meilleur ami, en fait. De toute façon, il n’y en avait pas un pour rattraper l’autre, alors forcément, ça finissait toujours par dériver et partir complètement en live entre les deux. Alex aurait peut être dû prévenir les infirmières qu’elles risquaient de retrouver la chambre en souk, et que ce serait tout à fait normal. Tout en assurant qu’il aiderait à nettoyer derrière, quand même. Oui, il avait un art pour foutre le bordel, mais celui de nettoyer ses conneries, il l’avait aussi, et ça c’était une qualité à ne pas laisser passer. Vous entendez les filles? Non bien sûr, elles n’entendent pas. Tant pis. Il avait pas dans l’optique de partir mettre le bazar chez une fille dans la minute de toute façon, donc ce n’était pas un problème. Ce soir peut être, il y réfléchirait, s’il s’ennuyait. « Ta suprématie incontestable va surtout se prendre un mur oui! Tu vas voir, ça va lui faire tout drôle. » Alexander roula ses yeux dans ses orbites, faisant mine d’avoir la tête toute sonnée, avec des étoiles qui tournaient autour, comme dans les BD. Bon, il n’avait pas vraiment d’étoiles sous la main, mais il était certain que Judi comprendrait la différence. Même s’il n’était pas très doué pour illustrer ce genre de choses uniquement avec sa tête et ses mains. Ils étaient amis depuis suffisamment longtemps pour se comprendre, même si ce genre de gestes pouvaient paraître complètement incompréhensible pour la plupart des gens. D’ailleurs, ça leur arrivait souvent, de communiquer par gestes comme ça. C’était un peu leur propre langage codé, un peu comme ceux qu’avaient les jumeaux. Sauf que eux, ce n’était pas avec des mots, mais avec des gestes. Ce qui au final revenait au même. Un langage c’était un langage hein. Eux ils avaient juste créés leur propre langage des signes, c’est tout. Ce qui est plutôt pratique, parce que même un sourd ne sera pas en capacité de les comprendre.

Enfin, des sourds, ils n’en croisaient pas souvent non plus, et ce n’était pas ici qu’ils allaient en croiser. Du moins, pas dans ce service, en tout cas. Quoique… Un sourd pouvait être malade du coeur aussi… Mais Alex n’allait pas s’engager dans ce genre de réflexion, parce qu’il pouvait y passer l’après midi complète, et là, ils étaient sur un sujet totalement différents tous les deux. En somme, pas le temps de s’éterniser sur des sourds atteints de maladie cardiaque quoi. Même si la brun irait certainement vérifier en sortant, par simple curiosité. Qu’est ce qu’il pouvait être con parfois, j’vous jure. « Exactement, aération, et méditation, t’as tout compris mon pote! » D’accord, là il était partit loin, mais franchement, il ne fallait pas le lancer sur ce genre de sujet, vraiment pas. Judi le savait, il avait balancer ça en toute connaissance de cause, alors il n’avait pas intérêt à se plaindre! Même s’il le ferait certainement, par regret de lui avoir lancé une telle perche. Sans mauvais jeu de mots, s’il vous plait. Quoique, peut être un peu. Mais c’est Alex aussi, faut pas s’étonner. Et encore moins lui en vouloir. Enfin bon, il était quand même bien triste que la jolie infirmière ne soit pas là. En même temps Alex, dès qu’il pouvait draguer, il le faisait, il doit bien avouer, et une infirmière jolie, il n’allait certainement pas dire non. Surtout que Judi était à l’hôpital, donc il pourrait parfaitement profiter de son appartement sans craindre de réveiller son meilleur ami. Ben, il avait quand même ses limites, et un minimum de respect quoi. Surtout qu’il apprécierait pas tellement que son pote ramène une nana et foute le souk jusqu’à il ne sait pas quelle heure. Même s’il serait content pour lui, c’est vrai. Ça lui ferait pas de mal, une nana dans sa vie, même juste de passage, comme ça. « Des robots et des chats. J’aime bien les chats. » En vérité, Alex appréciait bien les animaux en général. Ses parents avaient eut un chien, puis un chat, et même un hamster, quand il était petit. Bon ok, le hamster avait finit par être mangé par le chat, mais quand même. Il était mignon, ce chat. Juste psychopathe. Mais les psychopathes attirent la confiance en général, donc c’est logique. Et Alex avait certainement regardé trop d’épisodes de Bates Motel cette semaine aussi. Cette série allait finir par le rendre dingue.

En tout cas, il en avait rapidement profité pour glisser Elina dans la conversation. C’était plus fort que lui. Il voyait que cette nana, Judi l’appréciait bien. Et il sentait qu’elle aussi, elle appréciait bien Judi. Ce n’était pas son genre de jouer les Cupidon, loin de là même. Mais s’il pouvait arranger un rencard entre eux…. Il allait franchement pas dire non. Même si visiblement ça allait être beaucoup plus compliqué qu’il ne pouvait bien le penser. Surtout s’il voulait agir en toute subtilité. « Elle est pas débile, elle peut comprendre que t’es malade. Et puis, à mon avis, elle doit plus s’inquiéter de ton état de santé que des raids qu’elle est en train de rater. » En fait, il n’en savait rien, mais quand même. elina était une gentille fille, et elle était loin d’être débile. Et puis, elle lui demandait très souvent des nouvelles de Judi, donc c’était qu’elle s’inquiétait pour lui, non? Si ce n’était pas le cas, Alex l’annonçait: il n’arriverait jamais à comprendre les nanas. « Non, mais elle aune jolie voix, donc elle est jolie, c’est juste de la déduction. » Déduction complètement débile, c’est bien vrai. Surtout qu’il s’en fichait pas mal de savoir qu’elle était jolie. Elle était cool, c’était tout ce qui importait en fait. Il s’entendait bien avec elle, ils étaient potes, et c’était cool. Alors autant dire qu’aux paroles de Judi, Alex eut presque immédiatement un regard horrifié. Avant de littéralement explosé de rire; sans presque pouvoir s’arrêter. Pendant cinq bonnes minutes. Il en croyait pas ses oreilles, en fait. « Moi, sur Eli? Ah non, ça risque pas. » Peut être qu’il n’aurait pas dû dire ça. Parce qu’il ne la détestait pas après tout. Mais il avait souvent tendance à beaucoup trop exagérer les choses. « Elle est cool hein, je dis pas le contraire! Mais… J’sais pas, c’est juste une pote quoi. Donc si toi tu veux tenter le coup, fais toi plaisir! » Alex lui donna une légère tape sur l’épaule avant de lui servir un clin d’oeil. C’était bien beau d’essayer de la caser lui hein, mais Judi aussi, il fallait qu’il se trouve quelqu’un. Ce serait trop triste, sinon. L’idéal, ce serait qu’ils se trouvent chacun une nana au même moment, histoire de faire des sorties de couples, et de s’éclater encore plus. Mais ça, ce n’était pas prêt d’arriver, parce que le jour où Alex se trouverait une nana, du moins une qu’il reverrait le lendemain, et bien ce jour n’était pas encore arrivé.
Made by Neon Demon

_________________
and now we are alive
je t'ai cherchée partout, même ailleurs. je t'ai trouvée, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part. @marclévy ≈ vous revoir › © alaska.

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hey buddy, smile ❄︎ Juxander   

 
Hey buddy, smile ❄︎ Juxander
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BUDDY de KBIO.
» Buddy TV Classement des 100 meilleures Séries
» test lien smile box
» Infinite – Can U Smile (Broadcasting Ver.) (2011)
» L'art du Smile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Broken Bodies :: MASTER & JOHNSON HOSPITAL :: Second floor :: + cardiologie
-
Sauter vers: