AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mr Biddle, the extraterrestrials and us - ft. Mary

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clara Ellington

avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 11/02/2017 ☆ MESSAGES : 32 ☆ DISPO RP : OVERBOOKE(E)
☆ METIER : Infirmière en psychiatrie au Masters & Johnson
☆ LA-BAS : Au deuxième étage de l'hôpital
☆ ON YOUR MIND :

Avec Mary & Constance

Voir le profil de l'utilisateur http://brokenbodies.forumactif.fr/t309-clara-time-to-work http://brokenbodies.forumactif.fr/t310-clara-s-relationships

MessageSujet: Mr Biddle, the extraterrestrials and us - ft. Mary   Dim 19 Fév - 22:13

Mr Biddle, the extraterrestrials and us
- Avec Mary

Novembre 2015

Tap. Tap. Tap. Clara parcourait les couloirs de l’hôpital depuis une bonne demi-heure déjà. Demandant à qui voulait bien s’arrêter cinq secondes pour l’écouter s’il n’avait pas aperçu Mr Biddle. Mr Biddle s’était un patient de psychiatrie bien connu de l’établissement, ou au moins de l’ensemble du personnel. Tout simplement parce qu’il était… Particulier. Bien souvent, il se comportait tout à fait normalement et l’on pourrait presque se demander les raisons de son internement à « temps plein ». En réalité, il avait une obsession, croyance, etc. Enfin, appelez cela comme vous voulez. La réalité est qu’il croit fermement à l’existence des extraterrestres. Vous savez, les petits bonhommes bleus avec un seul œil et, au mieux, un corps proche de celui des humains. Pas ceux dont pourraient parler les scientifiques. Non, non. Ce serait trop simple. Lui, il croit en ceux que l’on voit dans les films. Et ce n’est pas tout ! Il défend surtout le fait qu’ils seraient infiltrés parmi nous, cherchant à nous nuir. Fascinant. Sauf passé cinq minutes en sa compagnie et en raison de sa fâcheuse tendant à taper des crises d’hystérie relativement violentes verbalement.

Clara commençait un peu à stresser. Parce qu’il était sous la responsabilité du service dans lequel elle travaillait mais aussi parce qu’elle craignait qu’il n’aille faire du remue-ménage quelque part dans l’hôpital, loin de la vue des soignants. Il pouvait se montrer tellement malin… Transféré de Portland depuis deux mois seulement, Clara n’avait pas encore eu le temps de cerner complètement le personnage et elle n’était pas la seule. Et puis, très honnêtement, elle avait autre chose à faire que lui courir après. Une manière de faire son sport, certes, mais tout en faisant trop artificiellement travailler le cardiaque avec l’angoisse. Elle était même montée jusqu’à la plateforme d’hélicoptère pour le chercher. Qui sait, peut-être était-il parti interpeler ses amis, ou plutôt ennemis, extraterrestres depuis l’endroit le plus élevé du bâtiment ? Mais, rien. Et son collègue qui était parti de son côté à sa recherche n’avait rien trouvé non plus. En contact par téléphone, elle finit par raccrocher alors qu’elle parcourait le parking des visiteurs cette fois. Oui, elle en avait fait du chemin… Elle ne s’étonnerait pas d’ailleurs d’avoir l’air un peu folle elle-même depuis le temps.

D’un pas décidé, elle circula entre les voitures avant toujours autant de détermination. Si elle le trouvait, elle devrait garder son calme et se montrer tout à fait professionnelle. Il ne fallait pas qu’il ressente son stress. La base était qu’elle se comporte normalement, voir entre dans son jeu s’il était en pleine hallucination, et ce dans le but principal de le reconduire jusqu’à sa chambre. Bon courage ! Comment faisait-elle pour être de garde à chaque fois qu’il se passait des choses pareilles ? Elle commença donc bien à désespérer. Elle ralentit le pas et souffla tout en regardant autour d’elle. Si quelqu’un l’avait trouvé, ils auraient bien contacté leur service, non ? Il était donc toujours dans la nature. Or, Clara détestait avoir ce rôle de geôlier  à la poursuite d’un fugitif. Difficile après d’essayer de vaincre les préjugés encore existants sur les hôpitaux psy. Elle pressa le pas. Ne pas se démotiver surtout. Pourtant, il faisait plutôt froid et elle n’avait même pas pris le temps d’attraper une veste. Le bien-être du patient passait avant. Bien sûr… Par contre, lui, il devait bien s’en ficher qu’elle attrape la crève parce qu’il avait des envies d’ailleurs.

Sur sa route, elle aperçut une jeune femme à la chevelure rousse. Clara s’avança vers elle avec un sourire poli. Son visage lui disait quelque chose mais elle n’arrivait pas à le replacer. Elle se devait pourtant de la questionner, le plus discrètement possible pour ne pas donner à l’hôpital des airs d’endroit désorganisé si c’était une visiteuse. « Bonjour. Excusez-moi, vous n’auriez pas vu un monsieur passer ? Il porte un jogging bleu avec le logo Nike dans le dos. » Clara regarda mécaniquement autour d’elle en attendant sa réponse, et osant à peine espérer.
Mary Blake

avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 12/01/2017 ☆ MESSAGES : 26 ☆ DISPO RP : LIBRE A 100%
☆ AGE : 26
☆ METIER : Etudiante en médecine
☆ LA-BAS : Dans sa chambre d'étudiante
☆ ON YOUR MIND :

Voir le profil de l'utilisateur http://brokenbodies.forumactif.fr/t299-la-guerre-des-rousses#2457 http://brokenbodies.forumactif.fr/t305-repertoire-de-mary#2460

MessageSujet: Re: Mr Biddle, the extraterrestrials and us - ft. Mary   Lun 13 Mar - 15:12

Je me rappelle qu'il faisait froid ce jour là, j'étais frigorifié en arrivant du matin à l'hôpital et pourtant, je portait un manteau, ainsi qu'une longue écharpe.
Je devais me rendre à l’hôpital pour y faire mes heures, je priais pour que Matt ne soit pas là et que je puisse passer une journée complète sans me prendre la tête... Bien sur, c'était peine perdue, Matt est toujours là.
Il n'y avait pas un seul jour où je pouvais être tranquille, sans le voir dans les parages et/ou sur mon dos. Je ne pouvais pas avoir un moment de repos, c'était éreintant. Une des raisons qui faisaient que je ne savais pas encore si j'allais rester là ou non... Peut être que je devrais changer de service? d’hôpital peut être? Ou bien carrément arrêter mes études pour en faire d'autres.
Je n'avais constamment pas les idées claires sur ce genre de questions d'avenir, c'était comme si il y avait en permanence un énorme voile.

Quoi qu'il en soit, j'ai passé ma journée dans le silence le plus complet, faisant parfois semblant d'être occupé pour m'octroyer un moment de répits sans avoir Matt derrière moi pour me demander de me bouger un peu... beaucoup. Même un chien n'aboie pas autant qu'il peut le faire, il m'épuise.

Quand il fut midi, j'ai pris ma pause durant une heure pour me vider la tête, une heure où je pouvais enfin rester planté là à ne rien faire... Mais en étant ailleurs qu'à l’hôpital puisque Matt m'aurait sans doute demandé de faire quelques chose de plus enrichissant que d'avaler mon sandwich.

C'est épuisé que j'ai quitté l'établissement tard au soir, enveloppé dans mon manteau et mon écharpe, je marchais à pas lent sur le parking pour attendre mon frère. Cette fois-ci, il avait pu se libérer pour me reprendre, mais il était en retard et j'avais tellement besoin de mettre de la distance entre le travail et moi, que je n'avais pas souhaité attendre dans le hall aseptisé.
L'air frais me brûlait un peu le visage, me faisant oublier la douleur de cette journée passée.

Une voix a finit par m'interpeller, je me suis alors retourné, j'ai sorti mon nez de mon écharpe pour lui sourire poliment. « Bonsoir, un homme en jogging? ça ne me dit rien... Vous voulez qu'on cherche ensemble? » Cependant je n'ai pas attendu sa réponse pour tourner la tête à droite et à gauche pour apercevoir l'homme qu'elle cherchait. Elle me semblait si inquiète que je me suis mise à penser que c'était sans doute un patient récalcitrant, la veste blanche de la jeune femme indiquait qu'elle faisait partie du personnel.

Je me suis mise à marcher dans la direction que je n'avais pas encore faite et une silhouette sombre m'a interpellé. « LA ! Ce n'est pas lui ? Je continuai de l'observer en pointant mon doigt vers la direction, l'homme avait fini par se tourner suffisamment pour que j'aperçoive le logo dans son dos. Si, c'est lui ! Allons le chercher ! »
J'avançais alors dans un pas plus rapide dans sa direction en essayant de l'interpeller. « Monsieur? Monsieur? Attendez ! » Et alors que j'arrivais à sa hauteur, il a fait de grands yeux ronds et m'a adressé la parole quelques peu affolé. « Extraterrestre ! Ils viennent nous chercher ! » Surprise par ses paroles, j'ai froncé les sourcils avant d'ouvrir et de refermer la bouche comme une carpe et j'ai tourné la tête vers la médecin. « ... Euuuuuuuh... »

HS : désolé pour l'attente <3
 
Mr Biddle, the extraterrestrials and us - ft. Mary
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mary C. Jane, auteur de la série Secret (Bibliothèque Rose)
» Mary Elizabeth BRADDON
» Mary Shelley (et Frankenstein)
» The Borrowers (Les Chapardeurs) de Mary Norton
» pour les fana de Mary Gary's sewing Cabin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Broken Bodies :: MASTER & JOHNSON HOSPITAL :: Subsoil :: + parking des visiteurs
-
Sauter vers: