AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 MATTHEW ★ life's too short to even care at all

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Matthew-J. Caulfield
ADMIN ∞ fire and ice
avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 13/10/2015 ☆ MESSAGES : 495 ☆ IDENTITES : willou le bg, lena la bonnasse, c la chaudasse
☆ DISPO RP : OVERBOOKE(E)
☆ AGE : 39
☆ METIER : urgentiste titulaire
☆ LA-BAS : dans la salle de repos de l'hôpital
☆ ON YOUR MIND :


Voir le profil de l'utilisateur http://brokenbodies.forumactif.fr/t74-matthew-life-s-too-short-to-even-care-at-all http://brokenbodies.forumactif.fr/t129-matthew-love-is-a-lie

MessageSujet: MATTHEW ★ life's too short to even care at all   Lun 2 Nov - 15:23

Matthew-Jefferson Caulfield
it's jungle out there

nom ∞ caulfield. un nom cent pour cent anglais, et sans doute cent pour cent européen aussi. un nom qu'il tiens de son père, comme le désire la tradition, bien que sa mère le portât aussi et lui eût juré avoir conservé son nom de jeune fille. un nom qu'il apprécie sans pour autant l'adorer. prénom(s) ∞ matthew-jefferson. ses parents étaient incapables de s'accorder sur le prénom de leur magnifique bambini. ils ont donc eu l'idée de coller les deux ; ils n'avaient rien trouvé de plus lourd pour un enfant. alors il se fait appeler matt. c'est simple, c'est court, c'est joli. ça lui suffit amplement. certains, ils sont rares, l'appellent jeff. âge ∞  il va sur l'année de ses trente-sept ans. et il a encore bien du mal à réaliser que la quarantaine approche à grand pas malgré les rappels incessants de sa mère sur le fait de lui donner des petits enfants ou de se trouver une belle épouse. date et lieu de naissance ∞ le 25/05/1978 dans un petit village proche de la grande ville de Liverpool. nationalité et origine ∞  étant donné son immigration sur le pays américain dans son adolescence, matt a réussit à acquérir la nationalité américaine que ses parents ne connaîtront jamais. et pourtant, il est bel et bien anglais, de nature et selon ses lointaines origines, tous issus du royaume-unis. profession ∞  il est médecin urgentiste. rien que ça, oui. et il est même devenu titulaire depuis quelques années. il s'en vante, le prétentieux, de son titre. c'est qu'il aspire à devenir chef de service et, pourquoi pas, chef du personnel un beau jour. et quand on lui pose la question, il répond que ce sont les cas d'intoxication qui l'intéressent davantage que les grands drames sanglants. statut civil ∞ célibataire. les plus mauvaises langues diraient qu'il est même endurcit même si la vérité se trouve ailleurs. ses quelques relations, qu'on pourrait sans doute lister sur le doigt d'une main, ont toute duré dans le temps, allant même jusqu'à des fiançailles pour l'une d'entre elle. mais la vie en avait décidé autrement et ils sont, depuis, restés bons amis. orientation sexuelle ∞ hétérosexuel. et s'il lui est déjà arrivé d'avoir une relation un peu ambiguë avec d'autres hommes, il revendique son hétérosexualité. il ne cache pas non plus avoir déjà embrassé un homme et que traits de caractère ∞ peu avenant - aimable - tendre - sarcastique - insistant - myope groupe ∞ scalpel avatar ∞ benedict timothy carlton cumberbatch. le dieu en personne. le lord du théâtre. le roi des rôles. le prince des biopics. crédits ∞ tumblr pour le picspam et les deux gifs de l'histoire, juice pour l'avatar ci-dessous et un tumblr dont j'ai pas retenu le nom pour l'icon. le reste est, bien évidemment, de moi.

il adore les animaux et ceux-ci, les chats mis à part, le lui rendent bien. il possède d'ailleurs un chien, qu'il a savamment nommé rocket d'après son personnage préféré de la célèbre série urgences et il rêve de pouvoir adopter un chimpanzé qu'il nommerait copernic. ∞ s'il donne souvent l'air d'être antipathique et brusque avec les familles des patients, c'est davantage parce qu'il est incapable de réconforter les autres et moins encore de donner de l'espoir quand il n'y a pas lieu d'en avoir. il ne veut pas avoir à leur mentir en leur disant que leur conjoint, leur fils ou leur père ira mieux s'il n'en est pas sûr à cent pour cent. ce qui n'arrive jamais. ∞ en dehors du boulot, il est quelqu'un de particulièrement charmant et amusant, qui sourit volontiers à une bonne plaisanterie. ∞ il adore abuser du sarcasme. c'est un défaut que toutes ces ex souligneront avec insistance et que lui-même reconnaît. ∞ il porte des lentilles très souvent. il a une vision déplorable sans elles et il n'aime pas devoir porter ses lunettes parce qu'il a la mauvaise habitude de les tordre plus rapidement que lucky luck ne dégaine son arme. ∞ c'est un grand fan de cinéma. il possède d'ailleurs une vidéothèque impressionnante et regroupant tous genre de films. ∞ très curieux sur à peu près tous les sujets, il aime bien se renseigner et possède ainsi de grandes connaissances dans de nombreux domaines. et une grande culture générale même s'il ne faut pas lui poser une seule question sur l'astronomie. ∞ il a un frère cadet qui est sourd. ce handicap a obligé matthew à apprendre le langage des signes depuis la naissance de son petit frère qu'il a tendance à surprotéger. ∞ s'il n'aime pas vraiment les enfants et préfère éviter d'avoir à s'occuper de l'un d'eux, personne ne peut nier qu'il a une fibre paternelle très développée aussi. ∞ c'est son amour pour les toxines et les drogues qui l'ont aidé à choisir sa spécialité. sans ça, il serait encore en train d'hésiter entre chirurgie et urgences. ∞ comme tout bon anglais, il adore le thé, surtout avec du lait et du sucre. et pourtant, depuis qu'il est aux états-unis, il a appris à vénérer le café. surtout depuis qu'il en boit quatre tasses par jour pour pouvoir effectuer ses heures de garde correctement. ∞ il dessine beaucoup. ses parents n'appréciaient pas réellement ce hobby puisqu'il n'était pas rare que matthew vienne les voir, les mains presqu'autant coloriées que ses dessins. il a longtemps hésité à se lancer dans cette carrière-là, mais n'a jamais été pris dans une école d'art et a finalement renoncé. au grand bonheur de ses parents. il continue, toutefois, le dessin dès qu'il a du temps libre ∞ il n'écoute que très peu de musique. il connaît pourtant beaucoup de groupes très peu connus, mais dès qu'on lui parle de la dernière chanson commerciale dont le clip passe à la télé, il ouvre de grands yeux surpris. maroon 5 ? non, il ne connaît pas. mais of monsters and men, il connaît très bien, oui. ∞ dès qu'il est gêné ou qu'il n'a plus le contrôle d'une situation, il se gratte derrière l'oreille. c'est un petit geste qui passe souvent inaperçu, et dont matthew a parfois conscience mais qui revient. à chaque fois. ∞ c'est un très gros fumeur. parfois, lors des mauvais jours, il peut aller jusqu'à un paquet et demi à lui tout seul. il a déjà essayé d'arrêter mais il y retourne toujours, tel un addict. il sait que ça finira par le tuer et il est le premier à lister toutes les bonnes raisons d'arrêter de fumer. sans s'écouter réellement.

prénom ∞ mes parents étaient pauvres, alors ils ont choisit qu'une lettre. m. wai, comme la patronne de mister bond. pseudo ∞ ghost.writer. le nègre écrivain. l'écrivain fantôme. l'esclave des lettres. âge ∞ vingt ans. grand dieu. ma jeunesse file à une vitesse... OÙ AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ∞ y a mon pseudo partout dans les crédits, ça vous met pas un petit peu la puce à l'oreille ?    quelques suggestions/remarques ∞ I WANT ROCKET ROMANO. bon ok. ou pas. mais je veux au moins une julia ogden ! besoin d'être parrainé ∞ se faire parrainé sur son propre forum ce serait pas un peu le comble ?   code pour l'avatar ∞
Code:
<b>benedict cumberbatch</b> <span class="pris">★</span> <i>matthew-j. caulfield</i>
code pour le métier ∞
Code:
<b>urgentiste (titulaire) </b> <span class="pris">★</span> <i>matthew-j. caulfield</i>


codage : ghost.writer


_________________
(va être refaite parce que les gifs sont plus hébergés et ça sucks à fond.
)


Dernière édition par Matthew-J. Caulfield le Lun 8 Fév - 10:38, édité 8 fois
Matthew-J. Caulfield
ADMIN ∞ fire and ice
avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 13/10/2015 ☆ MESSAGES : 495 ☆ IDENTITES : willou le bg, lena la bonnasse, c la chaudasse
☆ DISPO RP : OVERBOOKE(E)
☆ AGE : 39
☆ METIER : urgentiste titulaire
☆ LA-BAS : dans la salle de repos de l'hôpital
☆ ON YOUR MIND :


Voir le profil de l'utilisateur http://brokenbodies.forumactif.fr/t74-matthew-life-s-too-short-to-even-care-at-all http://brokenbodies.forumactif.fr/t129-matthew-love-is-a-lie

MessageSujet: Re: MATTHEW ★ life's too short to even care at all   Lun 2 Nov - 15:23




« Est-ce que c'est grave ? » Il tourne la tête, évite ce regard implorant rempli de larmes et ses yeux rencontrent le mur blanc qui lui fait face. Une moue s'esquisse sur son visage lentement. Que peut-il répondre à une telle question ? Qu'est-il censé répondre ? Il ouvre les lèvres, marque une hésitation. Son regard métallique a le malheur de se porter sur le visage décomposé de cette jeune fiancée et il sent sa motivation le quitter. Il n'aime pas faire ça. Il est sans doute trop au fait des risques encourus sur le long terme pour se permettre de créer de l'espoir de sitôt. Des yeux, il cherche un collègue mais ils semblent tous occupés. Une infirmière l'observe, compatissante et fait mine de vouloir s'approcher. D'un discret geste de la main, il l'empêche de s'approcher davantage. Il le fera. Il n'a pas vraiment le choix. « Votre époux a fait une intoxication au monoxyde de carbone. C'est ce qui a causé ses vomissements, puis ses convulsions et ses pertes de connaissance. Lorsque nous l’auscultions, nous avons noté une insuffisance rénale ainsi qu'une forte détresse respiratoire. Nous pratiquons actuellement une oxygénothérapie en FiO2 100% en attendant les résultats du bilan biologique mais il y a de fortes chances pour que nous soyons obligés de poursuivre avec une oxygénothérapie hyperbare. » Il y a un sanglot qui l’interromps et il profite de cette courte pause pour déglutir. Il reprend, toujours mal à l'aise. « Nous allons devoir surveiller ses fonctions cardiocirculatoire et respiratoire pendant plusieurs jours et nous en serons plus à ce moment-là. Mais il faut aussi savoir que votre époux sera suivit par un neurologue pendant au moins un mois afin de s'assurer qu'il est complètement remis. » Nouveau sanglot et les larmes jaillissent comme l'eau d'une fontaine des yeux vert de la jeune femme. Matthew hésite, tend une main dans sa direction mais la retient à temps. A la place, il fait signe à une infirmière de s'approcher, ce qu'elle fait. Il se penche légèrement, murmure. « Veuillez emmener Madame Rawls en salle des familles et assurez-vous qu'elle soit prévenue dès que nous aurons les résultats du bilan. » L'infirmière acquiesce, attrape presque tendrement la jeune épouse et l'entraîne à sa suite. Peut-être qu'elles échangent quelques mots, l'urgentiste ne les entend pas. C'est à peine s'il les observe s'éloigner. De toute façon, il a déjà d'autres patients qui l'attendent et qui ont besoin de lui.

♦♦♦♦♦♦

La feuille s'envole. Il la regarde partir. Il n'essaie pas de la retenir : il sait que ce serait inutile. Il ne dit rien, ne lance pas un regard autour de lui. Il sent pourtant le regard de sa mère sur lui. Et celui de son père, plus dur, moins compatissant, qui passe machinalement de la feuille à son fils. Il s'efforce de ne pas fermer les poings, de ne pas contracter la mâchoire. Il ne veut pas qu'ils voient que ça lui fait mal. Alors il ne dit rien et il se contente d'observer.
Le papier est plusieurs mètres plus loin, vagabondant dans les airs, porté par le vent. Parfois il virevolte, parfois il donne l'impression qu'il va déposer quelque part. Mais il n'arrête pas sa course. Continue son chemin.
« Allez, viens, Matthew. » La main de sa mère est posée sur son épaule avec tendresse. Il sait qu'elle désire le voir se retourner ; il sait que les nuages gris sont venus parsemés le ciel bleu. Il sait qu'il devrait l'écouter et la suivre. Peut-être même se blottir contre elle. Mais il en est incapable. Il ne peut pas abandonner son dessin comme ça. Il ne peut pas le laisser partir, tout seul, dans un lieu où il ne pourra pas le retrouver. « Matthew... » Le ton de sa mère se fait suppliant. Elle est brisée. Elle va encore pleurer. Il se tourne à demi, rencontre ses yeux pâles et, après une longue minute, hoche finalement la tête. D'accord. Il va venir. Il n'en a pas envie, mais il n'a pas le choix. L'air est humide, il va pleuvoir. Son dessin sera mouillé, ne ressemblera plus qu'à une touche multi-colore sur la feuille blanche. Il sera collé contre un mur, contre un arbre, avant de finir déchiré. Et ses parents diront que c'est bon. Que c'est terminé.
Que son deuil sera fait.
Il se retourne une dernière, regarde le dessin monter plus haut dans le ciel et son cœur se serre. Jamais il n'a eu aussi mal de toute sa vie. Il ne pensait pas que perdre quelqu'un était si difficile.

♦♦♦♦♦♦

Le cœur battant à toute allure, il ouvre les yeux. Il a peur de les baisser sur le papier qu'il a tiré de son enveloppe, peur de lire une réponse qu'il connaît peut-être déjà. Sûrement. Il inspire profondément et porte la feuille au niveau de son regard. Son cœur vrille. Marque un raté. Ses traits se déforment. Il est déçu. Dégoûté. Il déglutit, repose l'enveloppe et la feuille sur son bureau, se lève de sa chaise, marche dans sa chambre. La porte s'ouvre à la volé, la poignée va taper contre le mur. Il s'en fout. Pour la deuxième fois, il a été recalé. Il n'entrera pas dans une école d'art. Il ne deviendra pas dessinateur. Plus jamais, il ne dessinera. C'est une promesse silencieuse qu'il se fait. De toute façon, il n'a pas le niveau, c'est évident. Il a pourtant espéré. Pour rien.

♦♦♦♦♦♦

« Comment se porte ton patient ? » Il relève les yeux du journal qu'il lit, croise le regard interrogatoire de George. « Lequel ? » L'autre tire une chaise, s'installe après avoir déposé sa salade dans son tupperware sur la table. « Celui de ce matin. La balle dans le poumon. » Le journal se plie, Matthew s'éclaircit la gorge, cherche ses mots. « Oh, euh, il n'a pas survécut. » Sans un mot de plus, il observe la main de George s'arrêter à mi-chemin. La fourchette n'atteint pas la bouche ouverte, la salade verte n'atteint pas son objectif. Le titulaire se tourne vers Matthew qui s'efforce d'avoir un sourire mais c'est une grimace qui s'esquisse sur son visage. Il le sait. C'est pour éviter ce genre de sentiment désagréable qu'il  reste lointain avec chacun de ses patients. Pour cette raison qu'il se contente de les soigner sans chercher à mieux les connaître. Il a déjà l'impression de trop les connaître. Un dossier médical est presque comme un journal intime. La vie privée n'y a pas sa place ; eux, médecins, savent tout. « Il a fait une hémorragie, on n'a pas eu le temps de l'envoyer en chirurgie. » Il ignore pourquoi il éprouve ce besoin de le préciser. Pourquoi il a besoin de préciser que c'est de sa faute, à lui, si son patient est mort. De sa faute, à lui, si une balle perdue à tuer un homme de trente-cinq ans, postier. De sa faute si un gosse de quatre ans a perdu son père et si l'autre naîtra sans jamais voir celui qui a permis son existence possible. De sa faute si plusieurs maisons n'auront pas de courrier durant les prochains jours. C'est absurde. Sa raison lui rappelle qu'il n'aurait rien pu faire, que son patient avait perdu bien trop de sang déjà avant d'arriver. Que l'hémorragie était inévitable. Il a conscience de toutes ces voix dans sa tête qui le rassurent. Il entend celle de sa mère qui lui dit que ce n'est pas sa faute, celle de son père qui lui ordonne de faire mieux, la prochaine fois. Celles de ses collègues qui l'appellent déjà pour une autre urgence. Mais ça ne change rien au fait. Il a perdu un patient.

♦♦♦♦♦♦

« Comment ça, va y avoir une fusion entre les deux hosto ? » Il s'arrête de marcher au milieu de la rue. Son collègue continue d'avancer avant de s'arrêter à son tour, s'apercevant que Matthew ne le suivait plus. Il retourne sur ses pas, hausse les épaules, remonte le col de son blouson. « Bah tu sais, ils vont fusionner. Pour ceux du Masters & Johnson, ça change pas grand chose, si ce n'est qu'il y aura plus de médecins compétents, ce qu'ils n'avaient pas forcément avant. Mais du coup pour nous, va falloir qu'on bouge. C'est même pas dit que le Masters & Johnson ait la place de tous nous accueillir, certains vont sans doute être envoyés ailleurs, en fonction des places. Camille a demandé à être mutée dans le Colorado. Tout mais pas le Masters & Johnson, comme elle nous l'a toujours dit. » Il a l'air amusé, mais Matthew ne partage pas son sourire. Il n'en croit pas ses oreilles, moins encore ses yeux. Il avait entendu des rumeurs, avait préféré ne pas les croire. Grossière erreur. Son bras se fait tirer. Lentement, il baisse les yeux vers son chien qui essaie de le forcer à avancer. D'un geste sec sur la laisse, il le rappelle à l'ordre. Le clébard prend son mal en patience, s'assoit sur le trottoir, sagement. « Et on sait qui va rejoindre le Masters & Johnson et qui va devoir se trouver un autre appartement à l'autre bout du pays ? » De nouveau, un haussement d'épaule. George, il n'en sait rien. Matthew soupire, se passe une main sur le visage. « Je croyais que l'hôpital avait reçu son augmentation de la part de la Mairie pour le budget. Pourquoi est-ce que ce serait à nous de bouger ? On a un meilleur équipement et un bien meilleur personnel. » Il hausse légèrement le ton. Suffisamment pour que les passants se retournent avec un regard agacé. Il ne leur adresse aucun intérêt. Il attend une réponse qui tarde à venir. « Tu sais, la politique, tout ça, moi j'ai jamais vraiment bien compris. Tout ce que je peux te dire, c'est ce qui figurait déjà dans le mémo qu'on a tous reçu. Et que t'as pas lu, comme d'habitude. » Il balaie le reproche d'un geste de la main. Il se fiche des mémos. « Et la fusion, elle aura lieux quand ? » Il se remet à marcher, aussitôt secondé par George et par Rocket qui, gueule ouverte et langue pendante, s'arrête toutes les trois minutes pour renifler le moindre objet qui traîne par terre. « Dans deux mois apparemment. Ils veulent faire ça rapidement et ils ont déjà commencé à réfléchir à tout. » « Quel merdier... » L'autre acquiesce et les deux reprennent leur route. L'âme sombre.


codage : ghost.writer


_________________
(va être refaite parce que les gifs sont plus hébergés et ça sucks à fond.
)


Dernière édition par Matthew-J. Caulfield le Lun 8 Fév - 11:28, édité 4 fois
Novah J. Hemsworth
~ adminette sadique (a)
avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 10/10/2015 ☆ MESSAGES : 363 ☆ IDENTITES : nobody.
☆ DISPO RP : LIBRE A 100%
☆ AGE : 34
☆ METIER : infirmière aux urgences et infirmière militaire, en congé maladie.
☆ LA-BAS : à l'hôpital encore et toujours.
☆ ON YOUR MIND :
"tu m'avais promis que tout irait bien."


evana.



Voir le profil de l'utilisateur http://brokenbodies.forumactif.fr/t29-trouverunnomdetitre-com http://brokenbodies.forumactif.fr/t46-trouveruntitre-com

MessageSujet: Re: MATTHEW ★ life's too short to even care at all   Dim 8 Nov - 21:18

bienvenue mon cher monsieur et collègue de travail
Matthew-J. Caulfield
ADMIN ∞ fire and ice
avatar

☆ INSCRIT DEPUIS : 13/10/2015 ☆ MESSAGES : 495 ☆ IDENTITES : willou le bg, lena la bonnasse, c la chaudasse
☆ DISPO RP : OVERBOOKE(E)
☆ AGE : 39
☆ METIER : urgentiste titulaire
☆ LA-BAS : dans la salle de repos de l'hôpital
☆ ON YOUR MIND :


Voir le profil de l'utilisateur http://brokenbodies.forumactif.fr/t74-matthew-life-s-too-short-to-even-care-at-all http://brokenbodies.forumactif.fr/t129-matthew-love-is-a-lie

MessageSujet: Re: MATTHEW ★ life's too short to even care at all   Mar 10 Nov - 22:24

merci jolie infirmière mariée

_________________
(va être refaite parce que les gifs sont plus hébergés et ça sucks à fond.
)
 
MATTHEW ★ life's too short to even care at all
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Saga Frozen] Tome 3 Life's too short
» L'appel du sang / The short second life of Bree Tanner
» Peignoire et short Rocky
» Life on Mars / Ashes to Ashes
» Resident Evil : After Life (3D)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Broken Bodies :: ADMISSION :: Medical files :: + dossiers acceptés
-
Sauter vers: